Notes et Etudes de la Fondation Res Publica
Les notes et études n’engagent pas la Fondation Res Publica mais simplement leurs auteurs.

Enquête sur le rapport des Français à l’Histoire, à l’Armée et à l’Europe - 18/11/2022

Note de Benjamin Morel, président du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, sur la récente enquête du laboratoire d'études de l'opinion "Cluster17" sur le rapport des Français à l'Histoire, à l'Armée et à l'Europe. Réalisée en partenariat avec la Fondation Res Publica, cette enquête a été produite du 4 au 6 novembre 2022, grâce à un échantillon de 2151 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Remettre l’École au cœur de la République - 30/03/2022

Étude de la Fondation Res Publica par Matthieu Lahaye, spécialiste des questions éducatives et membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica.

Déconstruction, cancel culture, wokisme : entretien sur l’expansion géographique et civilisationnelle de la « French Theory » - le cas de la Russie - 14/03/2022

En lien avec le colloque « La République face à la déconstruction » qui s’est tenu le 8 mars 2022 et dont les actes seront prochainement disponibles sur notre site, la Fondation Res Publica publie ci-après le résultat d’un entretien à distance avec Alexeï Rutkevich, professeur de philosophie, directeur scientifique de la faculté des sciences humaines à l'École des hautes études en sciences économiques (HSE) de Moscou.

La notion européenne d’Etat de droit et les souverainetés nationales - 21/11/2022

Version actualisée de la note de Jean-Éric Schoettl, conseiller d’État (h), secrétaire général du Conseil constitutionnel de 1997 à 2000, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, "La souveraineté nationale à l’épreuve de la notion européenne d’État de droit", publiée en février 2022.

Europe, Etat de droit, souveraineté nationale : ces notions, qu’on aurait voulues amies, s’entrechoquent depuis une trentaine d’années. La notion d’Etat de droit, telle que la conçoivent les institutions européennes, connaît une extension irréfrénée (I). Sous couvert d’Etat de droit, l’Union européenne s’empare de la compétence de ses compétences (II). En matière régalienne, l’action des organes de l’Union n’affecte pas seulement les souverainetés nationales : elle compromet également la vocation de l’Union à protéger ses peuples dans un cadre coopératif et sacrifie l’intérêt général des pays-membres à une vision abstraite des droits individuels (III). A la vérité, la répugnance pour les fonctions de souveraineté - et de façon générale pour la puissance - est inscrite dans l’ADN des institutions européennes. En devenant toujours plus une « nomocratie », en se bureaucratisant toujours davantage, en se laissant instrumentaliser par les activistes, en épousant les lubies du politiquement correct, en s’éloignant des peuples et en se fâchant avec les Etats, l’Union bride les souverainetés nationales, sans avoir pour autant ni la capacité, ni l’intention d’exercer, à son niveau, une volonté souveraine (IV). Faire rentrer l’« Etat de droit européen » dans son lit implique de substituer l’Europe des coopérations concrètes entre nations souveraines à l’Europe des institutions hors sol et des principes désincarnés. Aussi est-ce par la voie intergouvernementale et non par la voie institutionnelle que l’Europe puissance, si elle est possible, pourra se construire (V).

Le programme de la nouvelle coalition allemande en matière énergétique : enjeux et perspectives - 18/01/2022

Note de Sylvain Hercberg, ancien cadre d'EDF, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, auteur de Sur le système électrique en France (L'Harmattan, 2019).

L’analyse du contrat de coalition du nouvel exécutif allemand (SPD, Verts et FDP) fait ressortir plusieurs orientations en matière énergétique dont on peut se demander si elles ne conduisent pas la relation franco-allemande dans une forme d’impasse. Plus que jamais la France doit se mobiliser pour une réorganisation du marché européen de l’électricité. Si l’Allemagne entend sortir du nucléaire, il est dans l’intérêt de la France de maintenir la part élevée du nucléaire dans sa production d’électricité et de valoriser sa maîtrise complète de l’industrie nucléaire, condition de son rebond industriel.

Une Vème République rénovée - Les propositions de la Fondation Res Publica - 07/01/2022

Note de la Fondation Res Publica, par Marie-Françoise Bechtel, présidente de la Fondation, et Benjamin Morel, président de son Conseil scientifique, janvier 2022.

L’Europe de l’armement, vecteur de puissance ou braderie des moyens de notre indépendance ? - 23/09/2021

Étude de la Fondation Res Publica, par Joachim Sarfati, septembre 2021.

Allemagne, un sursaut inattendu - 22/06/2020

Paradoxalement, la crise économique mondiale engendrée par la pandémie du coronavirus pourrait remettre sur les chemins de la croissance une économie allemande dont le modèle industriel et exportateur porté par son Mittelstand semblait en perte de vitesse. Mais cela ne se fera pas sans un rebond de croissance également chez ses partenaires européens… Par Baptiste Petitjean, directeur de la fondation Res Publica

L’ordolibéralisme allemand, obstacle à la puissance européenne - 14/05/2020

Commentaire de l’arrêt du Tribunal constitutionnel allemand du 5 mai 2020, par Marie-Françoise Bechtel, conseiller d’Etat (h), ancienne députée de l'Aisne, ancienne vice-présidente de la commission des Lois à l'Assemblée nationale, vice-présidente de la Fondation Res Publica.

La gestation historique et juridique de la souveraineté nationale et populaire - 07/05/2020

Une contribution d'Anne-Marie Le Pourhiet, Professeur de droit public à l’Université Rennes 1, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, parue dans le mensuel "L'Ena hors les murs", numéro 498, mars 2020, Dossier "La souveraineté nationale dans le contexte européen".

La souveraineté nationale à l’épreuve du droit européen - 07/05/2020

Une contribution de Jean-Eric Schœttl, conseiller d'État (h), Secrétaire général du Conseil constitutionnel (1997-2007), membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, parue dans le mensuel "L'Ena hors les murs", numéro 498, mars 2020, Dossier "La souveraineté nationale dans le contexte européen".

L’intégration européenne et la résurgence des nationalismes - 07/05/2020

Une contribution de Marie-Françoise Bechtel, conseiller d'Etat (h), vice-présidente de la Fondation Res Publica, ancienne directrice de l’Ena, ancienne vice-présidente de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, parue dans le mensuel "L'Ena hors les murs", numéro 498, mars 2020, Dossier "La souveraineté nationale dans le contexte européen".

Peut-il y avoir une démocratie européenne ? - 09/01/2020

Contribution de Marie-Françoise Bechtel, vice-présidente de la Fondation Res Publica, membre du Conseil d'Administration de l’IFRI, ancienne parlementaire, Conseiller d’Etat (h), parue dans "Politique étrangère" vol. 83, n° 4, hiver 2018-2019

Le droit à la différenciation, les dangers d’une révision constitutionnelle - 10/07/2019

Par Benjamin Morel, maître de conférence en Droit public à l'Université Paris II Panthéon-Assas, docteur en Science politique de l’École Normale Supérieure Paris-Saclay.

Samuel P. Huntington revisité - 30/04/2019

Contribution d'Alain Dejammet, ambassadeur de France, président du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, lors d'un séminaire de travail des Cahiers de médiologie à la Fondation des Treilles, en août 2018.

Une vue d’ensemble sur les relations commerciales internationales - 20/08/2018

La Fondation Res Publica publie chaque année une courte étude [1] visant à analyser les grandes évolutions des relations commerciales internationales à partir de l'année 2001. La présente synthèse concerne l'année 2017. Les données utilisées proviennent du site du Centre du commerce international, une agence conjointe de l’Organisation mondiale du commerce et de l’Organisation des Nations unies (https://www.trademap.org/).

Où va la francophonie? - 19/12/2016

Compte rendu réunion Res Publica du 12 décembre 2016 : Quel avenir pour la francophonie ?
Par Franck Dedieu, responsable du développement de la Fondation Res Publica.

La démographie européenne dans tous ses états - 08/11/2016

Un démographe, un économiste, un essayiste et un journaliste, tous réunis par la Fondation Res Publica à la Maison de la chimie le 24 octobre dernier sous la présidence de Jean-Pierre Chevènement. « L’hiver démographique européen » selon la formule d’un des orateurs, soulève des questions majeures sur le plan politique, économique et sociétal.

La fin d’un modèle économique, le nouveau départ d’un autre? - 07/07/2016

Suite au colloque du 4 juillet intitulé « Les évolutions du contexte économique mondial », avec les interventions de Jean-Pierre Chevènement, Gaël Giraud, Jean-Luc Gréau, Jean-Michel Naulot et Jean-Michel Quatrepoint.
Chacun des intervenants s’accorde sur les limites d’un système économique, utra-financiarisé, tenu à bout de bras par des banquiers centraux bien trop accommodants. De nouveaux modèles complémentaires ou alternatifs peuvent émerger. Pour le meilleur ou pour le pire. Une relance écologique pour sortir de la déflation ? Un capitalisme dit californien dominé par l’internet américain, un retour des pouvoirs publics pour enfin domestiquer la finance ?

Où va l’Afrique ? Pour une approche réaliste - 23/06/2016

Sylvie Brunel a plaidé devant la Fondation Res Publica pour une approche réaliste de l’analyse du continent africain : si émergence il y a, elle est sélective et incomplète, tant les inégalités de développement et les carences structurelles persistent. Cette situation économique et sociale se traduit sur le plan géopolitique par la rencontre de deux lignes de fractures essentielles : l’arc de crise sahélien et la « diagonale du vide ».
1 2 3 4



Derniers tweets

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation