La transition énergétique


Intervention de M. Olivier Appert, Président du Conseil français de l'énergie (section française du World Energy Council) et de l'IFPEN (Institut Français du Pétrole - Energies nouvelles), au colloque "La France et l'Europe dans le nouveau contexte énergétique mondial" du 17 juin 2013.


Bonjour.

C’est un plaisir de me trouver parmi vous pour vous présenter ma vision de la transition énergétique dans laquelle le monde est engagé.

Je le ferai sous deux casquettes. En effet, président du Conseil français de l’Énergie, qui regroupe tous les acteurs français dans les domaines de la production, de la consommation d’énergie et des équipementiers, je préside aussi l’Institut Français du Pétrole, devenu IFP énergies nouvelles (IFPEN).

Le nouveau contexte énergétique mondial s’inscrit dans un certain nombre de fondamentaux inchangés. Je commencerai par décrire ces fondamentaux du marché de l’énergie qui s’imposent dans l’actuelle transition énergétique. Toutefois, depuis 2011, nous sommes confrontés à un nouveau paradigme : Un certain nombre d’éléments majeurs sont intervenus qui modifient la scène énergétique mondiale.

Ceci me permettra ensuite de dessiner les contours de la transition énergétique.

Je rappellerai d’abord les perspectives énergétiques qui font consensus.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie tous les ans ses projections qui font référence. Les défis énergétiques et environnementaux, illustrés ci-dessous, sont :
  • la croissance de la demande énergétique,
  • la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, non renouvelables.
  • le défi du changement climatique, incontournable quand on parle d’énergie puisque les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) proviennent du secteur énergétique (production, transformation, utilisation de l’énergie).


Demande d'énergie primaire (Mtep)

Source : AIE WEO 2012 "Nouvelles politiques"
Source : AIE WEO 2012 "Nouvelles politiques"

Sur ce graphique, qui reprend les projections à échéance de 2035 au niveau mondial, on voit que la consommation d’énergie devait continuer à croître d’environ 35 % entre 2009 et 2035 et que les énergies fossiles couvrent les ¾ de cette hausse de la demande. Nous sommes très loin de la fin des énergies fossiles (charbon, gaz et pétrole) dont la part, de 81 % en 1990, serait encore de 75 % en 2035. Malgré les politiques incitatives mises en place, la contribution des énergies renouvelables, y compris la biomasse, hors hydroélectricité, passe de 11 %, aujourd’hui, à 12 %, en 2035.

Un autre des fondamentaux importants est l’évolution de la géopolitique de la demande.


Demande d'énergie par région

La transition énergétique

En effet, lors du premier choc pétrolier, la problématique se résumait en une confrontation entre les pays de l’OPEP (producteurs de pétrole) et les pays de l’OCDE qui représentaient à l’époque environ les deux tiers de la consommation d’énergie mondiale. On voit que la part des pays n’appartenant pas à l’OCDE devrait passer de 46 % en 1990 à 65 % en 2035. C’est un élément fondamental. La Chine et l’Inde comptent environ pour la moitié de cette augmentation de la demande d’énergie entre 2009 et 2035. On note aussi une augmentation forte de la consommation des pays producteurs de pétrole.

Ces fondamentaux continueront à s’imposer dans les années à venir mais, ces dernières années, le secteur énergétique a été confronté à des bouleversements qui soulèvent des incertitudes, mais offrent aussi des opportunités, et amènent à définir un nouveau paradigme :

  • En Europe, la crise économique génère des problèmes (baisse de la croissance, dette publique, mise en cause de l’euro).
  • Au Moyen-Orient et en Afrique du nord, les « révolutions arabes » (à partir du « printemps arabe » tunisien) peuvent être comparées aux révolutions de 1848 en Europe qui n’ont débouché sur l’émergence de la démocratie qu’en 1875. Espérons que la « transition démocratique » sera plus rapide dans les pays arabes. En effet, ces risques géopolitiques ont un impact majeur sur la scène énergétique mondiale car la sécurité des approvisionnements impose la diversité géographique et des solutions énergétiques.
  • Aux États-Unis, la révolution des shale gas (gaz de schiste) et, maintenant, des shale oils (huile de schiste, pétrole de roche mère) change profondément la donne.
  • La catastrophe de Fukushima conduit à réévaluer le rôle, la place de l’énergie nucléaire dans les politiques énergétiques.
  • En Chine, si le charbon reste aujourd’hui incontournable, la politique en faveur des énergies renouvelables a aussi une dimension industrielle. La Chine, avec 51 milliards de dollars d’investissements, a été en 2011 le premier investisseur mondial, devant les États-Unis, en matière de renouvelables.


    Les révolutions arabes


Réserves et ressources pétrolières

Source : BP Statistical 2012
Source : BP Statistical 2012

Pour mesurer l’impact de ces révolutions sur la scène énergétique, je présente fréquemment cette carte (la géographie mondiale vue par un pétrolier). Elle montre à l’évidence l’anomalie géologique du Moyen-Orient et illustre cette phrase de mon maître à penser, André Giraud [1], qui fut ministre de l’Energie pendant le deuxième choc pétrolier : « Le pétrole est une matière première à fort contenu diplomatique et militaire, avec une valeur fiscale indéniable et, accessoirement, un pouvoir calorifique. »

L’OPEP représente 72 % des réserves pétrolières mondiales (contre 1 % pour l’Europe).

De même, les 2/3 des réserves de gaz sont localisées entre le 50e et le 70e parallèle (Russie, Iran Qatar).

Notons que cette carte ne prend pas en compte les réserves des shale gas ou des shale oils.


La révolution des hydrocarbures non conventionnels aux États-Unis et dans le monde
Ce n’est que récemment qu’on n’a pris conscience de la révolution des hydrocarbures non conventionnels, commencée vers le milieu des années 2000.


Un marché US autonome. Effet "Shale gas"

Source : DOE
Source : DOE

En un an, entre 2009 et 2010, le département de l’énergie américain (DOE) a doublé ses prévisions de production américaine de shale gas à échéance de 2030. On voit qu’une nouvelle et considérable réévaluation a été faite en 2011.

Cette révolution des shale gas aux États-Unis entraîne une baisse des importations de gaz naturel. Alors qu’en 2007 on estimait que les États-Unis allaient devenir très fortement importateurs de gaz sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL), on considère aujourd’hui qu’à échéance de 2016, ils devraient devenir exportateurs net de gaz naturel. Dès lors qu’il s’agit du premier pays consommateur au monde, on conçoit que l’enjeu est majeur, enjeu diplomatique, enjeu énergétique, enjeu industriel, enjeu économique, enjeu en termes d’emploi… ce qui a amené Barack Obama à affirmer dans le Times que la révolution des shale gas permet aujourd’hui aux États-Unis de discuter d’égal à égal avec les pays du Moyen-Orient et avec l’ensemble des pays du monde.

On commence à se rendre compte en France que la révolution des shale gas et des shale oils change radicalement la donne. J’espère que ce débat se poursuivra, notamment après la publication du pré-rapport réalisé par l’office parlementaire sur ce sujet [2].


La problématique du nucléaire avec Fukushima

On a cru que l’accident de Fukushima marquerait la fin ou, à tout le moins, un arrêt significatif du développement du nucléaire. Force est de constater que le nombre de pays qui ont arrêté leur programme nucléaire se compte sur les doigts d’une main.

Aux États-Unis, ce n’est pas Fukushima qui a arrêté le programme nucléaire américain mais les shale gas, dans la mesure où ce gaz est disponible localement à un prix trois à quatre fois inférieur au prix du gaz en Europe ou au Japon.

Je laisserai Etienne Beeker parler de l’impact de Fukushima sur l’Allemagne.

L’impact de Fukushima sur l’économie japonaise a été tout à fait majeur. Du jour au lendemain, 49 sur les 51 réacteurs nucléaires japonais ont été arrêtés et on ne sait pas encore si ces réacteurs vont redémarrer. La demande a été gérée par des coupures d'électricité et par une augmentation considérable des importations de GNL, de pétrole et de charbon.


La transition énergétique

Dans ce contexte, la transition énergétique est incontournable. Elle doit être considérée à la fois dans le contexte des fondamentaux et dans celui de ce nouveau paradigme.

Le défi du changement climatique est majeur. Il faut rappeler que les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre proviennent du secteur énergétique.

Comment peut-on assurer une transition vers un système énergétique qui, moins carboné, émette moins de gaz à effet de serre ?


Une révolution énergétique nouvelle : réduire les émissions de CO2 liées à l'énergie

Source : AIE ETP 2010
Source : AIE ETP 2010

Ce graphique vient d’une étude réalisée par l’Agence internationale de l’énergie qui présente l’évolution des émissions de gaz à effet de serre dans l’hypothèse d’un développement économique sans révolution majeure (business as usual).

Quelles technologies peut-on déployer pour combler la différence entre un doublement des émissions de gaz à effet de serre (tendance naturelle) et le scénario vertueux d’une division par deux à échéance de 2050 ? Cette division par deux est nécessaire si on veut limiter à 2°C l'augmentation de température.

La réduction de la consommation d’énergie par l’amélioration de l’efficacité énergétique permet de réaliser près de 40 % du chemin. La substitution du charbon par du gaz (massive aux États-Unis grâce à la révolution des shale gas) réduit les émissions d’environ 15 %.

Le nucléaire, malgré Fukushima, continue à jouer un rôle mais celui-ci est limité du fait que le nombre de pays dans lesquels on peut envisager un développement important des programmes nucléaires est relativement limité.

Quand on parle de transition énergétique, on pense que la solution réside dans le solaire et l’éolien. Or les renouvelables ne représentent que 17 % de l’effort à fournir, dont la moitié (8 % à 9 %) de biomasse pour le chauffage, la production d’électricité ou pour les biocarburants.

Le CSC (captage et stockage du CO2) paraît incontournable. Des technologies disponibles permettent de capter le CO2 là où il est le plus concentré, c’est-à-dire dans les fumées des centrales électriques au charbon, de le transporter et de le stocker dans des horizons géologiques profonds, avec des technologies comparables au stockage de gaz naturels. L’AIE estime que le CSC représente un enjeu supérieur à celui des renouvelables.

On a souvent l’impression, en particulier en France, que la transition énergétique est la fin des hydrocarbures et que l’objectif est de se passer le plus tôt possible, à échéance de 2030, à la fois du nucléaire et des énergies fossiles. Mais, comme je vous le disais en introduction, les énergies fossiles représenteront encore durablement d’après l’AIE une part relativement importante.


Ressources disponibles et coûts de production

Source : Medium-Term Oil & Gas markets 2011, IEA
Source : Medium-Term Oil & Gas markets 2011, IEA

Une question se pose, inspirée par la théorie du Peak Oil [3] (pic pétrolier) : disposerons-nous de suffisamment de pétrole, de gaz ou de charbon dans les décennies qui viennent ?

Rassurez-vous, les ressources potentielles de pétrole et de gaz sont suffisamment importantes pour assurer l’approvisionnement en énergie de l’économie mondiale pendant des décennies. Le progrès technique joue son rôle et l’exemple de la révolution des shale gas et des shale oils montre que la disponibilité des deux ressources n’est pas un problème urgent.

En revanche, la répartition géographique pose problème dans le domaine des ressources pétrolières et gazières conventionnelles (voir ci-dessus le graphique « réserves et ressources pétrolières »).


Le défi du CO2

Le débat sur la transition énergétique se déroule notamment au niveau international dans le cadre des Conférences des Parties. On commence à préparer le rendez-vous de 2015 qui pourrait avoir lieu à Paris [4]. L’accord conclu à Doha (prorogation du protocole de Kyoto jusqu’en 2020) ne concerne que quelques pays, responsables de 15 % seulement des émissions mondiales de CO2. Il s’agira en 2015 de définir un accord global avec l’implication de tous les pays pour tenter de limiter à 2°C le réchauffement de la planète.

Il s’agit de décider, au niveau international, qui va porter la charge des efforts à faire pour lutter contre le changement climatique.


Emissions mondiales de CO2 : OCDE = 65% de l'historique, non OCDE = 60% du futur...

Source : Munich Re
Source : Munich Re

D’un côté, les pays de l’OCDE (18 % de la population) ont une responsabilité historique : deux tiers des émissions de gaz à effet de serre depuis l’ère industrielle. D’un autre côté, les pays émergents, la Chine et l’Inde notamment, émettent aujourd’hui des quantités très supérieures de gaz à effet de serre. Qui doit payer ? Sont-ce les pays de l’OCDE, responsables des émissions passées ou les émergents, responsables de 60 % des émissions à venir ? En 2035, les responsabilités seront partagées avec des émissions cumulées identiques pour les pays OCDE et non OCDE. Ce constat pèsera dans la négociation.

Les renouvelables ont joué un rôle extrêmement important ces dernières années dans la transition énergétique.



Renouvelables : baisse en 2012 des investissements mondiaux

Source : Bloomberg New Energy Finance
Source : Bloomberg New Energy Finance

Les investissements mondiaux dans le domaine des renouvelables ont atteint un pic, en 2011, avec 302 milliards de dollars d’investissements au niveau mondial, dont 50 milliards de dollars en Chine. Ces investissements ont connu en 2012 un certain recul qui s’explique par la baisse des aides accordées à ces énergies en raison d’un contexte budgétaire contraint dans les pays occidentaux. Par exemple, au niveau de la CSPE (contribution au service public de l’électricité), le dispositif d’aide aux renouvelables a coûté 2,2 milliards d’euros à la France en 2012. Cela pourrait passer à 7 milliards d’euros en 2020. C’est moins que les 14 milliards d’euros de la CSPE allemande.

Voilà les quelques éléments que je voulais dessiner pour présenter la question de la transition énergétique : des fondamentaux toujours présents mais, ces deux ou trois dernières années, de nouvelles donnes et un changement de paradigme. Merci.



Alain Dejammet
Merci, Monsieur le Président, de ce tableau qui va donner à réflexion et sans doute à questions. D’aucuns auront sans doute à s’émouvoir du jugement que vous portez sur l’enthousiasme américain et ses conséquences géopolitiques.



-----------------
[1] André Giraud fut successivement directeur général adjoint de l'IFP de 1958 à 1964, directeur des carburants au ministère de l’Industrie de 1964 à 1969, vice-président de la Régie Renault de 1965 à 1971, administrateur général délégué du gouvernement auprès du Commissariat à l’énergie atomique ainsi qu'administrateur d'EDF de 1970 à 1978 et président de la compagnie générale des matières nucléaires (Cogema) de 1976 à 1978. Il est nommé ministre de l'Industrie dans le troisième gouvernement de Raymond Barre, poste qu'il occupe du 3 avril 1978 au 13 mai 1981. Il retrouvera un portefeuille ministériel en 1986 (ministre de la Défense du 20 mars 1986 au 10 mai 1988).
[2] Le rapport d'étape présenté le jeudi 6 juin par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) plaide pour une exploitation "maîtrisée" de ces hydrocarbures non conventionnels.
[3] L’expression pic pétrolier (ou Peak Oil en anglais) désigne le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de commencer à décliner du fait de l'épuisement des réserves exploitables. Les méthodes de prévision de ce pic s’inspirent des travaux du géologue M.K. Hubbert qui avait, dans les années 1950, pronostiqué avec succès le pic de la production de pétrole américaine.
[4] En septembre 2012, le président de la République François Hollande a fait part de l’intention de la France d’accueillir en 2015 la 21ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et la 11ème session de la réunion des Parties au Protocole de Kyoto. Cette réunion, conformément aux accords de Durban (2011) aura pour objectif principal la conclusion d'un nouvel accord international sur le climat, applicable après 2020 à tous les pays. Laurent FABIUS, ministre des Affaires étrangères a confirmé cette candidature lors de la conférence de Doha en décembre 2012.
Conformément au règlement interne de la CCNUCC qui prévoit une rotation annuelle par groupe régional des Nations-Unies, l'accueil du sommet de 2015 revient à un pays d'Europe de l'Ouest. La candidature de la France a été endossée par son groupe régional à l'ONU, le WEOG, le 12 avril 2013, ce qui ouvre la voie à une désignation officielle lors de la COP de Varsovie en novembre 2013.



-----------------
Le cahier imprimé du colloque "La France et l'Europe dans le nouveau contexte énergétique mondial" est disponible à la vente dans la boutique de la Fondation.

I Lundi 2 Septembre 2013 I | Lu 7926 fois





Derniers tweets
RT @lapayet: La seule analyse vraiment intéressante sur Johnny. Cela change des pseudo communicants et des journalistes focalisés sur les m…
Mardi 12 Décembre - 20:45
⚡️Retrouvez les meilleurs moments de notre troisième et dernière table ronde > “Face aux défis actuels, le moment r… https://t.co/U012kGNiZ6
Lundi 11 Décembre - 18:46
C'est la fin de notre colloque "Le moment républicain en France ?", merci d'avoir suivi notre #LT ! Vous pouvez ret… https://t.co/W3KBWqVr7I
Lundi 11 Décembre - 18:32

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation