La question sociale préemptée par la question nationale


Intervention de Stéphane Rozès, Président de la société de conseils Cap (Conseils, analyses et perspectives), ancien directeur général de l’institut de sondage CSA, enseignant à Sciences-po, lors du colloque "Quelle recomposition du paysage politique pour la France ?" du mardi 3 décembre 2019.


J’interviendrai à partir des propos qui ont été tenus par cette jeune génération d’essayistes qui a une analyse très construite et prometteuse et le grand avantage de prendre à bras le corps les problèmes de la période qu’elle comprend mieux que la majorité de la génération antérieure car libérée de ses clichés et approches manichéennes.

Je ne serai donc pas tant un discutant qu’un « pivotant ». Je partirai des constats avec lesquels je suis largement d’accord pour interroger nos orateurs sur les fondamentaux de leurs grilles d’analyse. Car de là va dépendre la façon dont on voit les recompositions actuelles et à venir.

Jean-Pierre Chevènement l’a dit, ce débat arrive après un débat antérieur, également de haute tenue, sur les recompositions du capitalisme.

En 2018, Emmanuel Macron avait dit devant les ambassadeurs, selon moi à juste titre, que « partout dans le monde, les identités profondes des peuples ont resurgi, avec leurs imaginaires historiques » [1]. David Djaïz et Alexandre Devecchio, qui ont parlé des grandes séquences historiques, ont insisté sur cet aspect au travers du retour des nations, nationalismes et populismes sous différentes formes qui amène un questionnement à caractère théorique : N’aurait-on pas intérêt à bien distinguer le néolibéralisme de l’ultralibéralisme ?

L’ultralibéralisme, dans la lignée du libéralisme, établit au sein des nations un rapport capital/travail en faveur du capital et très dégradé pour le travail.

Le néolibéralisme, à rebours du libéralisme, est le processus qui dans la globalisation retire de la prise de la nation, de ses us et coutumes, de la souveraineté populaire, la conduite des politiques économiques, financières et numériques.

La nouveauté de la période actuelle, néolibérale, est alors que les modalités de la globalisation économique, financière et numérique se détachent de la mondialisation, mosaïque d’Imaginaires nationaux.

Les imaginaires nationaux en sont profondément déstabilisés en ce qu’ils se sentent dessaisis de la maîtrise de leurs destins et, en réaction, en reviennent à leurs caractères primitifs.

David Djaïz a fait, à juste titre, mention du rapport rédigé pour la Trilatérale par Huntington, Crozier et Watanuki qui expose noir sur blanc ce qu’est le néolibéralisme.

Le néolibéralisme qui y est théorisé consiste à extraire de la responsabilité des élus de la nation le soin d’expliquer aux personnes dont ils dépendent, les citoyens, que demain sera pire qu’hier. Il faut donc selon les auteurs, pour les aider, recourir à des formes d’instances et de gouvernance dites « indépendantes » de la souveraineté populaire. Les institutions européennes ont été le laboratoire de ce néolibéralisme dans lequel on retrouve comme inspirateurs et dirigeants des fondateurs et personnalités de la Trilatérale.

Le néolibéralisme est devenu le vecteur le plus efficace de l’ultralibéralisme au sein de chaque nation, son contenant.

Cette distinction entre libéralisme, ultralibéralisme et néolibéralisme permet une cartographie précise selon que certains gouvernants sont néolibéraux et ultralibéraux tandis que d’autres peuvent être ultralibéraux et pas néolibéraux.

Elle permet également d’expliquer pourquoi c’est la question nationale et non sociale, qui prévaut dans le moment néolibéral et pourquoi c’est la droite qui profite de ces recompositions idéologiques et politiques des nations [2].

Ma deuxième interrogation part de l’excellent livre de Jérôme Fourquet, géographe de formation que j’ai bien connu dès son arrivée dans la profession de sondeur et qui dresse des cartographies éclairantes de « l’archipel français ».

Du fait de nos histoires et imaginaires respectifs, la géographie est la discipline reine allemande alors que l’histoire est plutôt la discipline reine française. La particularité du géographe est de tenir tout dans l’idée de communauté territoriale. Cela amène Jérôme Fourquet à penser ensemble la réalité économique, sociale, culturelle, démographique et politique au travers d’une approche de territoire.

D’où la question que je voudrais poser à Jérôme Fourquet et à nos autres amis : Comment explique-t-on que la France s’archipélise de plus en plus, économiquement, géographiquement, culturellement, et, selon moi, se recentre idéologiquement ?

En effet les trois candidats de la présidentielle, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, avaient en commun de se revendiquer explicitement du « patriotisme ». Chacun en donnait une définition très différente mais le point de départ était commun.

Derrière cette question, il y a aussi une grille d’analyse : Comment s’articulent les questions que Marx appelait infrastructurelles (économiques et sociales) et les questions dites superstructurelles (culturelles et politiques) si on est d’accord avec le constat que la France s’archipélise et que pourtant, contrairement aux années 1980, on n’entend guère d’appels à rompre avec le capitalisme. Le pays est plus inégalitaire mais se recentre idéologiquement.

Ma troisième question concerne le propos de Jean-Yves Autexier qui a fait une description très précise des séquences électorales, embarquant une analyse autour de la question du « dégagisme » et de ses raisons profondes qu’il lie au rapport entre la nation qui élit des candidats et l’action menée par ceux qui arrivent au sommet de l’État. Cela peut expliquer que certains dans cette salle aient vu au départ avec un certain intérêt l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir. Je ne partage pas la thèse du caractère accidentel de son élection. Chaque campagne présidentielle est jalonnée d’« accidents ». Le sujet est de savoir pourquoi quelqu’un d’inconnu il y a trois ans rafle tout. On attribue communément cet imprévu aux médias ou aux affaires. Je n’y crois pas. Pour avoir été sondeur au moment de Maastricht, ou au moment du traité constitutionnel européen et de l’élection de Jacques Chirac, je vois bien le faible impact des médias sur l’opinion qui, de toute façon, ne croit pas aux médias. Chacun est critique et voit le voisin comme un benêt qui se laisse berner par les médias (tout cela fait d’excellents citoyens). Chaque présidentielle recèle accidents et rebondissements.

Le Président Macron a eu la lucidité et le courage de dire devant le Congrès que le premier mandat que lui avaient confié les Français était celui de restaurer la souveraineté de la nation [3]. Il était en effet le seul à dire, contrairement à François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, que notre destin ne dépendait pas de la soumission ou de la résistance à la mondialisation et que le malheur des Français ne venait pas d’eux mais du système politique de l’ancien monde.

Comment comprendre les Gilets jaunes si on ne prend pas au sérieux l’élection d’Emmanuel Macron comme celui qui a voulu restaurer la souveraineté de la nation ? Les Gilets jaunes émergent au moment où Angela Merkel déclare qu’elle privera Emmanuel Macron du deuxième étage de la fusée du macronisme qui devait relancer l’Europe. Alors le Président revient à la politique de ses prédécesseurs : celle des contraintes extérieures. Il ne dit plus sa vision, son propos, là où il veut emmener les Français, la restauration de la souveraineté nationale qui justifiait le consentement à ses réformes dès le départ jugées injustes socialement.

La question derrière le propos de Jean-Yves Autexier est comment s’articulent chez nous la question nationale, la souveraineté, et la question sociale, la justice ? Pourquoi, quand il y a réforme du Code du travail et réforme de la SNCF, les Français ne font pas « grève par procuration » en soutenant les cheminots par exemple et pourquoi, après le virage néolibéral du Président Macron du printemps 2018, c’est le retour de la grève par procuration lors de la jacquerie des Gilets jaunes et de la réforme de la SNCF ?

Mon hypothèse, devenue conviction, est que dans la période actuelle la question sociale est préemptée par la question nationale.  « Macron, nourris ton peuple » disait à la fois la dimension fiscale, sociale et l’exigence du respect par le Président du mandat du peuple sur lequel il s’était fait élire : la restauration de la souveraineté de la nation.

Tous les orateurs, à juste titre, ont référé à l’histoire de France et quelqu’un a cité Marx. Ne sommes-nous pas dans un « moment bonapartiste » avec un Bonaparte qui s’est exonéré de ses responsabilités à partir du printemps 2018 ?

Ce qui a toujours tenu les Français ensemble, c’est, me semble-t-il, le politique dont la figure bonapartiste est la forme primitive. Peut-être le prochain livre de Jérôme Fourquet portera-t-il sur l’archipel français au travers de l’histoire… Il n’y a jamais eu un moment où la France n’ait pas été un archipel. Dès le départ il y a des Celtes, des Latins, des Germains. Pendant la Guerre de 14, des régiments français ne se comprenaient pas entre eux. Là où Jérôme Fourquet donne une clé, c’est évidemment la question du politique.

Au fond qu’est-ce qu’un moment bonapartiste ? Marx a une fulgurance dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852) : Si les 400 000 soldats de l’an II transformés en Grande armée allèrent avec l’oncle, Napoléon, à Moscou, ce n’était pas tant pour étendre les acquis de la Révolution aux autres serfs. C’est que les « paysans parcellaires » qui menaient les guerres de conquêtes avec Bonaparte puis Napoléon n’avaient que des lopins de terre parce que les révolutionnaires de 1789, égalitaristes, avaient supprimé le droit d’aînesse, de sorte qu’il n’y avait pas de marché agricole. Ces paysans parcellaires constituaient bien une classe en soi (« Dans la mesure où des millions de familles paysannes vivent dans des conditions économiques qui les séparent les unes des autres et opposent leur genre de vie, leurs intérêts et leur culture à ceux des autres classes de la société, elles constituent une classe »), mais non une classe pour soi (« la similitude de leurs intérêts ne crée entre eux aucune communauté, aucune liaison nationale ni aucune organisation politique. Ils ne peuvent se représenter eux-mêmes, ils doivent être représentés. »), de sorte, disait-il, que « les paysans parcellaires constituent une masse énorme dont les membres vivent tous dans la même situation, mais sans être unis les uns aux autres par des rapports variés … Ainsi, la grande masse de la nation française est constituée par une simple addition de grandeurs de même nom, à peu près de la même façon qu’un sac rempli de pommes de terre forme un sac de pommes de terre. », sac dont l’Empereur tient l’anse.

Marx dit quelque chose qui a toujours son actualité dans la France d’Emmanuel Macron, avec une société numérisée, la France des Gilets jaunes où les gens vivent chacun dans leur coin et où, tout d’un coup, les citoyens cherchent ce qu’ils ont en commun lors d’une Présidentielle ou jacquerie.

Marx qui passe par la France comprend que chez nous la question nationale lie et préempte la question sociale.

Alors le bas fait le haut. Macron est un néobonapartiste ou un Bonaparte à l’heure néolibérale en ce qu’il s’est fait élire par la nation qui consent à ses réformes du fait de sa posture. Mais le sommet de l’État accompagne le mouvement néolibéral qui demande à la nation d’intérioriser les contraintes extérieures de Bruxelles et de Berlin relayées par Bercy contraires à l’imaginaire de la nation qui au contraire a besoin de se projeter depuis des siècles. D’où notre dépression nationale.

Le renoncement du Bonaparte face au néolibéralisme, son ralliement à ce dernier, non seulement met la posture néobonapratiste au service de l’Orléanisme, mais radicalise le pays et instaure de l’autoritarisme au sommet de l’État privé de base sociale conséquente.

Alors Marine Le Pen pourrait gagner la prochaine présidentielle, comme elle a gagné les européennes, parce qu’elle ne se heurtera plus aux réflexes anti-Front National opérants jusqu’à maintenant. Jean-Luc Mélenchon, après une belle fin de campagne présidentielle, patriote et jaurésienne, s’étant à nouveau égaré dans le gauchisme de son entourage, voire l’islamo-gauchisme, Marine Le Pen aura dorénavant potentiellement le monopole du « patriotisme », pourvu qu’elle arrive à faire bouger son entourage d’extrême-droite ou réactionnaire. Mais elle a fait l’essentiel du travail durant les européennes parce que son rapport à l’extérieur est devenu projectif et qu’elle est maintenant sur la ligne d’une Europe des nations. Elle fait muter le RN d’une ligne nationaliste et d’extrême-droite à une ligne gaullienne. Si elle poursuivait et qu’un candidat bonapartiste ou gaulliste n’émergeait, alors il n’y aurait plus dans le pays de réflexe anti-Marine Le Pen suffisant.

Jean-Pierre Chevènement

Merci Stéphane Rozès.

Vous avez posé beaucoup de questions qui se résument finalement à une seule, l’articulation de la question nationale et de la question sociale.

-----

[1] « …partout dans le monde, les identités profondes des peuples ont resurgi, avec leurs imaginaires historiques. C’est un fait. Ceux qui croyaient à l’avènement d’un peuple mondialisé, protégé des morsures de l’histoire, se sont profondément trompés. Partout dans le monde, la psyché profonde est revenue à chacun de nos peuples, et c’est vrai, de l’Inde à la Hongrie, en passant par la Grèce, jusqu’aux États-Unis. Regardez-y de plus près, elle est parfois détournée, parfois exacerbée, mais c’est un fait qui dit quelque chose du retour des peuples. C’est une bonne chose sans doute, en tout cas, je le crois. »
[2] « L’imaginaire national à l’épreuve », S.Rozès, Commentaire, numéro 157, Printemps 2017.
[3] « Ce mandat du peuple français donc, quel est-il ? C’est d’abord le mandat de la souveraineté de la Nation. C’est de pouvoir disposer de soi-même, malgré les contraintes et les dérèglements du monde… »

Le cahier imprimé du colloque "Quelle recomposition du paysage politique pour la France ?" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation.

Fondation Res Publica I Vendredi 13 Mars 2020 I | Lu 572 fois


VOIR AUSSI : france, politique



Derniers tweets

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation