La crise du nucléaire iranien


Intervention de François Nicoullaud, Diplomate, ambassadeur de France en Iran de 2001 à 2005, lors du colloque "Iran, Etats-Unis, où la crise au Moyen-Orient nous conduit-elle ?" du mercredi 5 février 2020.


Comment se fait-il que les États-Unis aient laissé s’installer en Irak des gouvernements issus de partis chiites proches de l’Iran ? me demandiez-vous. La réponse est très claire : les Américains ont introduit en Irak un virus extrêmement dangereux qui s’appelle la démocratie. À partir du moment où la Constitution du pays appliquait des principes démocratiques, la loi de la majorité, qui est chiite, jouait. Parmi ces chiites, le parti Dawa et le Conseil suprême de la révolution irakienne étaient également très proches de l’Iran. Les États-Unis ont dû très vite s’incliner devant cette influence iranienne. Ils ont essayé de composer, de négocier la nomination de gens qui ne leur soient pas trop opposés mais ils ont, à vrai dire, à moitié réussi. En fait, tout ceci relève du désastre de l’intervention en Irak. Avec beaucoup de clairvoyance, le Président Chirac avait dit à G. W. Bush avant l’intervention : « Vous allez au désastre, vous allez introduire en Irak le pouvoir des chiites. » C’est bien ce qui s’est passé.

Le Moyen-Orient est à l’heure actuelle dans une situation hautement volatile, comme en témoignent toute une série d’incidents récents. Sans atteindre le niveau dramatique des épisodes de la guerre Irak-Iran, ou de la première et deuxième interventions d’une coalition en Irak, la situation est lourde de dangers. Tout le monde a le sentiment que les pays de la région négocient ou s’affrontent au bord du gouffre.

Au cœur de tout cela, l’Iran, apparaît comme une menace pour son environnement.

Il est une menace pour les pays du Golfe persique et quelques autres, pour l’essentiel par son poids spécifique : ses 80 millions d’habitants en font un géant même face à l’Arabie saoudite, à plus forte raison face aux différents Émirats. Il est aussi une menace en raison de l’idéologie de la Révolution islamique : on parle du « Guide suprême de la Révolution islamique », non du « Guide suprême de la révolution iranienne », ce qui signifie que la révolution iranienne a vocation à s’étendre à l’ensemble du monde musulman. Il s’agit de se débarrasser des régimes impies et des mauvais musulmans de la même façon qu’à l’époque de la Révolution française on voulait se débarrasser des tyrans. Les révolutionnaires iraniens, se considérant comme les meilleurs musulmans, ont voulu imposer à l’ensemble du monde musulman leur vision de l’islam et d’une société islamique commandée par les docteurs de la foi, ce qui était évidemment tout à fait inacceptable pour leur environnement.

L’Iran est aussi une menace pour Israël. Dès les débuts de la Révolution islamique, Khomeini a pris position très clairement pour la destruction de l’État d’Israël. S’agissait-il d’aller le détruire ou de prédire qu’un jour il disparaîtrait ? Les exégètes s’affrontent. En fait cela n’a jamais traversé l’esprit des Iraniens de déclencher une guerre contre Israël même si, pendant la guerre Irak-Iran, Khomeini avait déclaré que la conquête de Kerbala, lieu saint d’Irak, « ouvrait la voie vers Jérusalem ». Il n’est ensuite jamais revenu là-dessus. Mais on comprend qu’Israël perçoive cela comme une menace existentielle. Comme toujours, par un phénomène de retournement, les dirigeants israéliens ont utilisé cette menace pour mobiliser la solidarité de l’Occident, des États-Unis. Ils ont assez habilement retourné, instrumentalisé cette menace. Côté iranien, cette posture – plus Palestinien que moi tu meurs ! – leur permettait d’apparaître comme les meilleurs musulmans du monde et de démontrer que les pays arabes de la région ne faisaient pas vraiment leur devoir. Au-delà même de l’islam, les Palestiniens représentaient aussi tous les opprimés du monde. Cette conjonction d’un islam conquérant et d’une vision tiers-mondiste caractérise précisément l’islam politique iranien.

La menace iranienne contre les pays de la région, les pays arabes, Israël, a été amplifiée par l’effet multiplicateur du programme nucléaire iranien.

En effet, sans programme nucléaire iranien, ces menaces seraient probablement assez gérables, on pourrait s’en accommoder, on pourrait travailler dessus. Mais le programme nucléaire introduit une nouvelle dimension et élargit la menace au-delà des pays de la région car si le régime iranien ne menace pas l’Occident dans son intégrité, il menace la position dominante des puissances occidentales en matière de technologies nucléaires. En laissant entendre qu’il veut devenir une puissance nucléaire (purement civile ou aussi militaire, là est l’incertitude), l’Iran veut clairement prendre une revanche sur l’histoire. C’est une question de statut, c’était vrai du temps du Shah, c’est encore plus vrai du temps de la Révolution islamique. L’Iran ne veut pas se laisser enfermer dans le sort d’un pays pétrolier qu’on exploite, qui gaspille ses richesses et qui, au bout de quelques générations, se retrouve aussi pauvre qu’avant. Considérant son histoire, sa civilisation, l’Iran veut jouer dans la cour des grands. À cette fin, le nucléaire est évidemment un élément symbolique extrêmement fort.

Quel genre de nucléaire ?

Sur cette question, l’Iran a été ambigu. Il a certainement voulu avoir la bombe puis a réalisé à un certain moment que cela allait lui créer plus de problèmes que cela n’en résoudrait. Il a assez vite compris qu’un Iran nucléaire militaire était inacceptable pour les États-Unis, pour Israël, et que ces pays n’hésiteraient pas à faire tout ce qu’il faudrait pour l’empêcher d’avoir la bombe.

En revanche, l’Iran de la Révolution islamique, parcourant d’ailleurs le même raisonnement que le Shah, s’est dit qu’il avait tout intérêt à devenir un « pays du seuil » en acquérant par les voies du nucléaire civil, par le développement d’un parc industriel nucléaire, toutes les technologies qui permettent en cas de besoin d’accéder à la bombe. L’idée d’être un « pays du seuil », capable, si nécessaire, de produire une bombe en deux ou trois ans grâce aux technologies acquises, est à peu près suffisante pour traiter toute menace stratégique, du type « fils de Saddam », qui apparaîtrait dans la région. Être un « pays du seuil » paraît être le bon compromis qui permet d’avancer le plus loin possible sans franchir le seuil fatidique qui entraînerait une réplique insupportable pour la survie de l’Iran et surtout la survie du régime.

Cette « dissuasion » qui se fait sur cette limite du seuil se combine avec une dissuasion balistique. Les Américains, les Français, et d’autres, considèrent à juste titre que le balistique va avec le nucléaire. Dans le cas de l’Iran, il est certain que le développement d’un parc balistique important, même simplement équipé de têtes conventionnelles, est un élément dissuasif tout à fait significatif. L’Iran a d’ailleurs fait ce choix parce qu’il n’avait plus la possibilité d’acheter du matériel de guerre à l’extérieur, sinon auprès de la Chine ou de l’Union soviétique puis de la Russie dont il considérait les matériels comme plutôt médiocres. Ne pouvant développer une force aérienne à l’image de celle que détiennent ses voisins, il a décidé de tout miser sur le balistique.

Il ne s’agit pas d’un balistique de première frappe. Si les Iraniens se risquaient à frapper Israël, ils lui infligeraient sans doute des destructions sensibles mais la riposte serait évidemment désastreuse pour l’Iran. En revanche, les Israéliens comprennent bien que s’ils frappent en premier, même s’ils font des dégâts considérables, la riposte iranienne fera très mal et cela les amène certainement à y réfléchir à deux fois avant d’intervenir sur le sol iranien.

Cette dissuasion entre même dans le jeu à l’égard des États-Unis. On vient de le voir dans l’épisode qui a suivi l’exécution de Qassem Soleimani, avec cette frappe iranienne extrêmement bien calibrée, efficace : les missiles ont touché un espace assez restreint. Heureusement, les Iraniens avaient prévenu les Américains qu’ils allaient frapper, donc tout le monde était aux abris. Tout cela était bien calculé. Mais la signification du geste, la démonstration de la capacité iranienne a évidemment impressionné les Américains. Donc l’escalade s’est arrêtée là. On peut considérer que, à part l’épisode tragique de l’avion ukrainien abattu par erreur par la défense anti-aérienne iranienne, c’était plutôt un succès. Les Américains ont compris que la menace pouvait viser l’ensemble de leurs bases au Moyen-Orient, ainsi que les bases de leurs alliés, qui se trouvaient fragilisées même si elles sont en partie équipées de missiles anti-missiles (Patriot), ce qui n’était pas le cas de la base américaine touchée en Irak.

Il se crée donc avec les pays de la région un équilibre de type dissuasif, même s’il ne répond pas à la définition classique de la dissuasion nucléaire où il faut vraiment détenir l’arme pour obtenir une dissuasion maximale.

Face à cela, comment les États-Unis se positionnent-ils ?

Donald Trump, dans cette affaire, est pris dans une série de contradictions qui reflètent les contradictions mêmes de son électorat.

Dans la définition de sa politique à l’égard de l’Iran, il doit tenir compte d’abord de la détestation de la grande majorité des Américains à l’égard de l’Iran. L’Iran est très peu populaire aux États-Unis pour des raisons qu’on connaît bien et qui se comprennent. Les Iraniens ont infligé aux États-Unis des humiliations cuisantes. La prise en otages de 52 diplomates en dépit de toutes les lois internationales, geste véritablement transgressif, a été une humiliation profonde pour les Américains. Tout comme la frappe de militants de ce qui allait devenir ensuite le Hezbollah au Liban qui a tué 250 Marines américains (et d’ailleurs, le même jour, une cinquantaine de parachutistes français). Ce sont quand même des souvenirs terribles qui, dans l’esprit des Américains, se situent un peu au niveau de Pearl Harbor ou du départ du Vietnam. Ils sont profondément ancrés dans la mémoire de l’électorat américain.

En même temps, cet électorat ne veut pas de guerres lointaines, Donald Trump l’a très bien compris, il est lassé des « guerres sales » dans des pays dont on ne sait pas très bien où ils se trouvent sur la carte mais dont on perçoit la réalité au fur et à mesure que rentrent aux États-Unis les body bags, les corps des militaires tombés dans ces opérations obscures, interminables, extrêmement coûteuses. D’autre part, au fur et à mesure que Donald Trump se rapproche de l’élection, il se doit de ne pas apparaître comme faible. Un Président qui souhaite se faire réélire doit veiller à ne pas se montrer comme cédant à la pression extérieure.

Donald Trump, pour arriver à concilier tout cela, finit par adopter une ligne étroite, une ligne de crête, ce sont les fameuses sanctions.

Sanctions qui, il faut le rappeler, avaient déjà été appliquées – et durement appliquées – par Barack Obama. Car même si Barack Obama voulait négocier avec l’Iran, il voulait le faire en position de force.
Malheureusement, il n’a pu négocier que pressé par le temps à la fin de son mandat. Idéalement, dans une vision un peu cynique des choses, il aurait dû attendre avant d’offrir de négocier et de faire des concessions à l’Iran. Mais Barack Obama voulait obtenir un succès diplomatique majeur qu’il puisse afficher face à l’histoire. Et donc – c’est l’analyse des néoconservateurs américains – il a négocié trop tôt.

Donald Trump revient sur tout cela et décide de bien s’assurer qu’il met l’Iran à genoux avant de lui tendre la main pour une négociation. La difficulté, c’est que Donald Trump ne sait pas très bien sur quoi sa politique va déboucher. En homme de « deal », en businessman, il serait assez content de parvenir à un accord. Mais une autre contrainte s’ajoute à celles déjà énoncées : il faut qu’il obtienne un accord qui soit meilleur que celui de Barack Obama ! En effet, pendant toute sa campagne électorale, il a répété que c’était le pire des accords jamais signés par les États-Unis. Donc il le dénonce, par haine de Barack Obama, par volonté de détruire son héritage politique. Mais une fois qu’il l’a détruit, sur quoi reconstruire ? Il sera très compliqué d’obtenir plus que ce que Barack Obama avait obtenu lui-même. Car Barack Obama avait fait une concession majeure pour obtenir cet accord en renonçant à ce qui avait été le « mantra » de la négociation du côté occidental pendant dix ans – mais il est vrai sans succès – à savoir que l’Iran devait renoncer totalement à son programme d’enrichissement par centrifugation, cette technologie qui est la meilleure et la pire des choses, qui alimente en combustible des centrales nucléaires tout à fait pacifiques mais peut servir à fabriquer des bombes. Pour les Iraniens, c’était inacceptable pour toutes les raisons qui ont été évoquées. Barack Obama a donc décidé de renoncer à cette revendication et d’accepter que l’Iran conserve un programme de centrifugation soigneusement encadré, rigoureusement inspecté. C’était le deal. Faire mieux que cela, obtenir que l’Iran abandonne des parts essentielles de son programme nucléaire, obtenir qu’il bride, voire supprime son programme balistique est une vision tout à fait irréaliste. On est donc dans une situation bloquée, d’autant plus bloquée que l’on va vers une campagne électorale dans laquelle Donald Trump ne peut pas apparaître comme faisant des concessions. Il doit obtenir une victoire éclatante sur l’Iran mais il y a peu de chances que l’Iran cède même si ce pays souffre. Les Iraniens sont habitués à souffrir. S’ils se révoltent, le régime tire sur la foule sans aucun état d’âme.

Et malheureusement pour les néoconservateurs américains, les conditions ne sont pas réunies pour une nouvelle révolution qui ferait tomber le régime islamique. Cela pour trois raisons :

La première c’est qu’il manque à ce jour l’alliance, nécessaire à toute révolution, des classes populaires et des classes moyennes. Cette alliance existait en 1979. Tous les soulèvements qui ont eu lieu ensuite étaient le fait, soit des unes, soit des autres, mais ces deux mondes ne se sont plus jamais rencontrés.

La seconde, c’est qu’il n’y a jamais eu depuis 1979 de leader charismatique qui puisse animer un mouvement de contestation du régime.

La troisième, c’est qu’il faut aussi, pour qu’une révolution réussisse, que le régime en place perde un peu le moral. Le Shah, par exemple, avait vraiment perdu le moral. S’il avait fait tirer sur la foule aussi férocement que l’a fait la République islamique, il n’y aurait probablement pas eu de révolution. Mais il a préféré s’effacer. Ces trois éléments ont conduit au succès de la Révolution islamique et n’ont plus été réunis depuis.

Que va-t-il se passer ?

Prédire l’avenir est toujours un peu risqué pour les analystes.

Si Donald Trump gagne les élections, il va retrouver la liberté de manœuvre qu’a un Président des États-Unis dans son second mandat, quand il n’a plus à se soucier de sa réélection et peut donc s’autoriser des gestes, des ouvertures, qu’il ne pouvait pas envisager dans un premier mandat. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé avec Barack Obama dans cette affaire.

Si Donald Trump n’est pas réélu, on verra arriver de nouvelles équipes qui essaieront de renouer avec l’Iran. Mais ce ne sera pas très facile car les dirigeants devront toujours tenir compte de leur opinion, et aussi de la pression considérable qu’exerce Israël sur la vie politique américaine.

Les espoirs d’une sortie prochaine de crise sont donc ténus.

Quant aux Européens… il n’y a pas grand-chose à en dire. Ma conclusion sera brève, malheureusement.
Au niveau politique, la volonté est là, plutôt sympathique. Nous voudrions aider l’Iran mais nous sommes entravés par les sanctions américaines car aucune société européenne ne peut prendre le risque d’aller travailler en Iran. Les propos allants que nous tenons ne débouchent donc sur rien.

Il y a eu des tentatives intéressantes de notre Président pour essayer d’obtenir des petits pas des deux côtés afin, du moins, de faire baisser la tension, d’éviter un phénomène de surfusion politique, stratégique, qui aurait pu basculer dans un affrontement guerrier. Il n’a pas tout à fait réussi. Il n’a pas non plus tout à fait échoué puisqu’il n’y a pas de guerre en ce moment.

C’est difficile à accepter, mais il y a des moments dans l’histoire où il n’y a pas, à un instant T, de solution convenable aux problèmes qui se posent. Il faut attendre que surviennent des opportunités, des ouvertures. Il faut attendre des jours meilleurs, tout en continuant à travailler, à réfléchir, à dialoguer. Je pense que c’est ce qu’essaient de faire un certain nombre de diplomaties européennes, malheureusement trop modestement et privées de leviers d’action.

Merci beaucoup.

Jean-Pierre Chevènement

Merci, Monsieur l’ambassadeur.

J’ai envie de vous poser une question au sujet de la nature du régime iranien. C’est un régime religieux, je n’apprends rien à personne. Mais il faut s’accommoder de régimes assez différents à la surface de la terre, en application du principe dit de non-ingérence.

Jusqu’où ce régime religieux est-il tolérable ? En principe nous devons respecter le fait que l’Iran est ce qu’il est. Il s’agit d’un régime de type millénariste : on percevait dans l’idéologie de Rouhollah Khomeini une vision quelque peu apocalyptique. Il me semble nécessaire de mieux comprendre la nature idéologique exacte, le Velayat-e faqih, la dictature des juristes. Ce régime, en effet, obéit à une certaine logique.

Il faut bien reconnaître que le terrorisme vient plutôt du côté sunnite que du côté chiite. Bien sûr il y a eu les attentats que vous avez rappelés, mais le djihadisme à grande échelle est plutôt d’origine sunnite, qu’il s’agisse d’Al-Qaida ou de Daech. J’entends bien le discours de M. Cousseran sur le fait qu’il y a toute une organisation (Al-Qods, Moudjahidines, milices, bassidjis, etc.). Il faut essayer de gérer cela.

Le Président Obama avait fini par trouver une solution vivable. Toute révolution décrit un orbe et on peut donc penser qu’il arrive un moment où une attitude de contention, de containment, est ce qu’il y a de plus raisonnable. On pensait y être arrivé.

Là on est dans une situation où il n’y a plus de solution. On ne voit pas comment cela peut évoluer.

Vous avez dessiné deux perspectives optimistes. En cas de victoire de Donald Trump, la possibilité d’une ouverture. Dans l’autre hypothèse, une victoire des démocrates – qu’on ne voit pas poindre à l’horizon –, ce serait difficile, en tout état de cause, pour les raisons que vous avez dites et qui sont puissantes.

Si cette région est à l’évidence un foyer d’instabilité très grave pour le monde entier, elle l’est particulièrement pour nous Européens qui en sommes les voisins et où nous sommes profondément impliqués. Comment les Européens n’ont-ils pas été capables de développer ouvertement, à l’échelle mondiale, par tous les moyens modernes de communication, une autre perspective que celle dans laquelle nous sommes enfermés ? Parce que nous sommes enfermés, nous ne sommes plus des pays indépendants. Les entreprises ne peuvent plus investir en Iran, ne peuvent plus commercer avec l’Iran. Nos banques sont tétanisées… C’est une situation que nous avons déjà étudiée, nous avons consacré deux colloques à l’extraterritorialité du droit américain [1]. Il y a là un problème énorme. Allons-nous nous résigner, nous Européens, à n’être plus qu’un petit caniche à l’échelle de l’Histoire ?

François Nicoullaud

La question de la nature du régime est tout à fait intéressante. Khomeini, au départ, a introduit dans la vision classique du chiisme une dimension tout à fait nouvelle qui était d’ailleurs rejetée par la plupart de ses pairs : plutôt que d’attendre tranquillement l’arrivée du « douzième Imam » qui doit instaurer le bonheur sur terre à la fin des temps (vieux mythe zoroastrien récupéré par plusieurs religions), plutôt que d’attendre tranquillement l’apocalypse, il faut essayer de gérer au mieux le quotidien de la politique. Et qui peut mieux que les docteurs de la foi conduire un pays, conduire l’islam et le monde à l’avènement du « douzième Imam », et préparer les voies de son arrivée ?

Mais, fait intéressant, la révolution a été le fruit d’une combinaison. À la vision de Khomeini s’est superposée celle des libéraux, des progressistes, d’une classe intellectuelle, des étudiants, qui appuyaient les aspirations de la population iranienne à la démocratie.

Khomeini avait débuté sa carrière politique en s’opposant au vote des femmes mis en place par le Shah. En 1962-1963, il s’opposait au Shah en l’attaquant sur ce point, ce qui était extrêmement populaire auprès des autres religieux.

Dix-sept ans plus tard, à son corps défendant, il a été obligé de tourner casaque, d’accepter le suffrage universel et en particulier le vote des femmes.

C’est donc un régime hybride qui se met en place, avec une constitution qui combine une vision millénariste, autoritaire, de la gestion d’un pays avec une ouverture démocratique. C’est un système bizarre, mais qui a des élections. Il y a eu à peu près une grande élection tous les ans depuis les débuts de la Révolution islamique, ne manquent pas de rappeler, à juste titre, les Iraniens.

Ensuite, il faut voir comment se déroule cette élection, comment sont choisis les candidats, etc. Lors de son intronisation, à son deuxième mandat, devant tous les dignitaires du régime et quelques ambassadeurs, le président Khatami a fait un long discours où il célébrait la victoire du peuple et le respect de la souveraineté populaire. Après quoi Khamenei a pris la parole : « Oui, la démocratie est absolument essentielle à notre République », a-t-il déclaré, mais « toute démocratie doit être encadrée ». D’ailleurs, a-t-il ajouté, « les démocraties populaires étaient encadrés par l’idéologie marxiste et le Parti communiste, et les démocraties occidentales sont encadrées par l’argent. Il est impossible de gagner une élection aux États-Unis sans être soutenu par le grand capital… Notre démocratie, elle, est encadrée par la loi de Dieu ! Nous avons donc la meilleure, la plus parfaite des démocraties. Cet encadrement par la loi de Dieu nous évite tous les phénomènes de corruption qui ont pénétré l’Occident, l’homosexualité, la drogue, etc. ».

Voilà la vision qu’ont les dirigeants iraniens de leur propre régime.

Renaud Girard

J’ajouterai que le Velayat-e faqih est le gouvernement des jurisconsultes en religion, des clercs en religion. Ce n’est pas le Conseil d’État !

La grande différence entre le chiisme et le sunnisme c’est que le chiisme accepte plusieurs écoles, plusieurs interprétations. Dans le chiisme, l’interprétation est libre alors qu’elle a été bloquée à Bagdad par le hanbalisme au IXème siècle et en Espagne un peu après Averroès au XIIème siècle. Le sunnisme est donc une religion qui n’interprète plus, qui ne se discute plus, qui ne se remet pas en cause. Il n’a pas connu de réforme comme, en Occident, la Réforme et la Contre-Réforme.

Dans le chiisme donc, l’interprétation est libre. Il existe d’ailleurs des écoles d’interprétation différentes. Le plus grand ayatollah chiite, Ali al-Sistani, en Irak, à Najaf, condamne ouvertement le système politique iranien du Velayat-e Faqih. Il y a eu en Iran une école tout à fait libérale qui était incarnée par l’ayatollah Hossein Ali Montazeri (mort en 2009). On a connu au Liban un ayatollah Fadlallah qui était aussi tout à fait libéral.

Si les chiites acceptent ces différentes interprétations c’est parce que leur religion est messianique. Ils attendent le retour du douzième imam (le Mahdi), sauveur ultime de l’humanité, qui serait né en l’an 869 à Samarra, dans l’actuel Irak, où a été construit le Sanctuaire Al-Askari au dôme d’or, gravement endommagé par deux attentats (en 2006 et 2007) imputés au groupe Al-Qaïda en Irak, ce qui a entraîné de sanglants affrontements.

Jean-Pierre Chevènement

On s’éloigne un peu de la nature du régime iranien car même la liberté d’interprétation, caractéristique originale, ne change pas la nature même du régime qui est aujourd’hui ce qu’il est.

Renaud Girard

Tout à fait.

Sur le terrorisme, il faut dire les choses telles qu’elles sont, les chiites n’ont pas commis d’actes terroristes à partir de ce millénaire. Leurs actes terroristes remontent bien avant, tel l’attentat de la rue de Rennes. Mais au même moment nos Super-étendards, avec des pilotes français, étaient mis à disposition des Irakiens…

Jean-Pierre Chevènement

Cela se passait en 1983. Je n’étais plus au gouvernement mais, à ma connaissance, les pilotes n’étaient pas français. Ces avions étaient mis à disposition de pilotes irakiens qui avaient en effet été formés en France [2]. Il faut toujours rester objectif.

-----

[1] « L’extraterritorialité du droit américain », colloque organisé par la Fondation Res Publica le 1er février 2016 ; « L’Europe face à l’extraterritorialité du droit américain », colloque organisé par la Fondation Res Publica le 24 septembre 2018.
[2] L’« opération Sugar » est le nom d’une opération d’aide militaire à l’Irak menée par le gouvernement français le 7 octobre 1983. Elle consista à prêter cinq Dassault Super-Étendard à l’Irak, qui utilisa ces appareils lors de la guerre des pétroliers. Les pilotes et mécaniciens irakiens avaient été entraînés à la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

Le cahier imprimé du colloque "Iran, Etats-Unis, où la crise au Moyen-Orient nous conduit-elle ?" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation.

Fondation Res Publica I Mercredi 25 Mars 2020 I | Lu 1137 fois





Derniers tweets

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation