Introduction de Jean-Pierre Chevènement


Introduction de Jean-Pierre Chevènement au séminaire "L'esprit du redressement productif", 26 novembre 2012.


Cher Arnaud, Monsieur le ministre, nous vous sommes reconnaissants du temps que vous nous consacrez au soir d’une journée particulièrement chargée et difficile. Votre tâche est rude. Nous l’apprécions en connaisseurs : un ministre se meut dans un système complexe dont il ne maîtrise pas toutes les variables. S’il dispose d’une feuille de route (les engagements pris par le Président de la République), la vie est mobile, par définition, et les obstacles jonchent le chemin, les rapports de forces se nouent.

L’affaire Mittal est en soi un scandale. En effet, cette sidérurgie avait été nationalisée, de fait par Raymond Barre, juridiquement par le gouvernement de gauche auquel j’ai appartenu (1981). C’était difficile à une époque où on n’anticipait pas la reprise qui s’est produite ensuite. Privatisé en 1995, Usinor-Sacilor, est devenu Usinor en 1997 avant la fusion avec Arbed (groupe luxembourgeois) et Aceralia (groupe espagnol) qui, en 2001, aux conditions imposées par la Commission européenne, donnera naissance au groupe Arcelor. Je rappelle que les dernières participations que l’État possédait au capital d’Usinor avaient été liquidées dans les années 99-2000, ce qui nous privait de la petite minorité qui nous permettait d’avoir voix au chapitre. Et quand l’OPA de Mittal aboutit en 2006 à la fusion des deux groupes (Arcelor-Mittal), l’État était réduit au rôle de spectateur impuissant.
La situation est très difficile.

Je vois que, dans un éditorial (1), à mes yeux scandaleux, Le Monde prend objectivement le parti de Mittal. En effet, quand un rapport de forces se construit, on sait de quel côté on pèse quand on écrit des choses à ce point déséquilibrées. Mais on ne peut guère compter sur nos élites pour manifester le moindre patriotisme industriel.

La question de l’industrie est plus vaste. Je vais vous donner tout de suite la parole pour que vous nous exposiez la manière dont vous voyez les problèmes de l’Industrie et du redressement productif dont vous avez la charge.

--------
(1) Le Monde daté du 27 novembre 2012


------------------
Le cahier imprimé du séminaire "L'esprit du redressement productif" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation

Fondation Res Publica I Samedi 26 Janvier 2013 I | Lu 6331 fois





Derniers tweets
RT @lapayet: La seule analyse vraiment intéressante sur Johnny. Cela change des pseudo communicants et des journalistes focalisés sur les m…
Mardi 12 Décembre - 20:45
⚡️Retrouvez les meilleurs moments de notre troisième et dernière table ronde > “Face aux défis actuels, le moment r… https://t.co/U012kGNiZ6
Lundi 11 Décembre - 18:46
C'est la fin de notre colloque "Le moment républicain en France ?", merci d'avoir suivi notre #LT ! Vous pouvez ret… https://t.co/W3KBWqVr7I
Lundi 11 Décembre - 18:32

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation