Peut-on sortir de l’euro ?


Intervention prononcée par Jean-Luc Gréau, Economiste, auteur de L'Avenir du capitalisme (Gallimard, 2005), au colloque du 18 février 2008, Quel gouvernement économique de la zone euro ?


J’interviens en fin de soirée, après des exposés nombreux et denses, sur un sujet à rebours du sens des interventions précédentes qui tendaient toutes à dire, d’une façon ou d’une autre, qu’il faut pour la zone euro un gouvernement économique approprié en matière de taux de change, de régulation monétaire, d’harmonisation fiscale etc.

Je ne vais pas vous présenter l’exposé que j’avais prévu, préférant rebondir sur quelques-uns des thèmes développés à cette table.
Ô combien je suis d’accord avec Jean-Pierre Robin, quand il dit que la période euro s’étend sur quinze ans, en effet, la période préparatoire a été essentielle. J’ai dit devant la Fondation Res Publica, le 24 avril 2006 (1), que le déficit public et surtout la dette publique française avaient explosé pendant cette période. Entre 1992 et 1998, notre dette, qui était la plus faible des grandes économies européennes, est passée de 32% à 58%, ceci a été confirmé par le rapport Pébereau. C’est à ce moment-là qu’on a franchi la ligne rouge et je vous avais dit ce jour-là qu’on ne la repassera pas en sens inverse, quels que soient nos efforts.

Ô combien Jean-Michel Quatrepoint a eu raison de dire que la prospérité espagnole est en large partie un leurre, appuyé sur un secteur immobilier pléthorique et sur des conditions d’endettement des ménages particulièrement favorables. C’est la situation américaine, c’est la situation anglaise, c’est la situation irlandaise. Ce modèle anglo-américain est aussi en train d’être recopié dans les pays d’Europe centrale et dans les pays baltes.

Ô combien je suis d’accord avec différents propos qui ont été tenus sur la difficulté de faire une zone monétaire homogène.

Ô combien j’ai écouté avec attention l’exposé de Madame Bouvier sur le non-avènement de l’agenda de Lisbonne. Je ferai toutefois une remarque concernant la recherche&développement. Quand on dit qu’il faut stimuler la recherche&développement - privée ou publique - pour accomplir les innovations qui pourrait soutenir notre compétitivité extérieure, il faut se demander comment il se fait que l’un des pays les plus en pointe dans ce domaine, les Etats-Unis d’Amérique, connaissent un déficit abyssal de leurs échanges extérieurs, en dépit de tous les avantages dont ils disposent : matières premières, produits agricoles et industries high tech développées. La réponse est simple : hormis le surendettement des ménages et la surimportation de produits à bas prix d’Asie, l’autre facteur est la délocalisation. Si les Etats-Unis connaissent un déficit extérieur important et croissant dans le domaine des sciences de la vie (la médecine, le matériel médical et chirurgical, la pharmacie) et les infrastructures de télécommunications, c’est pour une raison simple, exposée par certains Américains : « Ce que nous créons ou inventons aux Etats-Unis, nous le faisons faire en Inde ou en Chine ».
Donc, avant de dépenser un peu plus d’argent dans le domaine de la R&D publique ou privée, il faut se demander où seront réalisées ces innovations. C’est la question que je pose toujours, et je n’ai toujours pas de réponse.

Ô combien Gérard Lafay a eu raison d’insister sur le taux de change effectif de la zone euro.
Un exemple est éclairant : Quand George Bush junior est devenu président des Etats-Unis, on pouvait parler d’une égalité de compétitivité entre les Etats-Unis et l’Europe. En janvier de cette année l’euro s’est apprécié de 57% vis-à-vis du dollar et nous n’avons pas de réponse à cet égard.

Il me reste à répondre à la question :
Pourrait-on sortir de la zone euro ? (Horrible hypothèse !)
Techniquement oui, politiquement non.
Je vais contribuer par cette réponse au syndrome d’impuissance politique qui nous afflige tous.

L’Europe décélère, les chiffres de l’année 2007 sont d’ores et déjà obsolètes. Les indicateurs d’activité précurseurs des secteurs industriels et surtout des secteurs des services des grands pays que sont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la France sont très clairs : l’Italie est entrée en récession ; l’Espagne y entre (132000 emplois détruits pendant le seul mois de janvier et un effondrement de l’indice du secteur des services) ; l’Allemagne a un secteur des services en décroissance, avec une assez bonne croissance industrielle et nous avons une croissance industrielle zéro, avec une croissance assez bonne des services. Autrement dit, l’Europe est tout près de la croissance zéro et même de la récession qui accompagnera sûrement la récession américaine.
Nous sommes donc de nouveau devant une échéance difficile, après cinq années de marasme dans le cœur de la zone euro entre 2001 et 2005 inclus et deux années d’embellie, en 2006 et 2007 - dont n’a pas profité la France, Jean-Pierre Robin a eu raison de le souligner - Je crois que nous allons être ramenés à la dure réalité de la croissance zéro, voire de la croissance négative.

Techniquement, deux raisons peuvent expliquer une sortie de la zone euro :

D’abord, pour avoir la possibilité de dévaluer. Un point essentiel qui a été évoqué par l’un des intervenants à cette tribune : on ne dévalue pas la monnaie, on dévalue le prix du travail.
La dévaluation de la monnaie est le premier moyen dont dispose un pays pour dévaluer son travail. L’Allemagne, empêchée de dévaluer sa monnaie depuis son inclusion dans la zone euro, a dévalué son travail dans une proportion de l’ordre de 15% à 20%, grâce à des accords facilités par certaines libéralités, comme chez Siemens et Volkswagen.

En France, c’est impossible. Avec ce qu’on appelle dans notre jargon hexagonal les partenaires sociaux (Medef et syndicats), on ne peut pas imposer une dévaluation du travail national, c’est-à-dire faire les trente-cinq heures à l’envers, organiser la flexibilité etc. La seule possibilité serait donc de dévaluer pour décrocher de cet euro totalement surévalué et nous remettre, peut-être, en compétition avec l’Allemagne sur certains points.

La deuxième raison est complètement oubliée, c’est pour reconquérir une politique monétaire propre.
Tout ce qui a été dit à cette tribune semble concourir à l’idée que la politique monétaire européenne pourrait être bonne si - comme tout le monde l’a souligné - la zone euro n’était un ensemble hétéroclite, tant du point de vue de la démographie, que du point de vue des appareils de production et de la structure des dettes. Entre les ménages néerlandais, les plus endettés (avec plus de 200% de leur revenu disponible brut), les Italiens ( 50%), les Français ( 70%), les Espagnols (125%), les Anglais – qui certes ne sont pas dans la zone euro – (150% ou peut-être 160%) ... l’écart est gigantesque !
Peut-on faire une bonne gestion monétaire, contrarier la bulle immobilière irlandaise ou espagnole d’un côté et soutenir la consommation allemande ou italienne chroniquement déprimée de l’autre côté ? Je ne le crois pas.

Donc je ne crois pas à la possibilité d’une politique monétaire favorable et bien ajustée dans la continuité. Nous avons été servis par une désinflation générale et aussi par le fait qu’au tout début de l’expérience euro, nous avons eu une parité de l’euro relativement favorable par rapport à l’extérieur, ce n’est plus le cas.
Reste donc la reconquête éventuelle de la politique monétaire.

J’en arrive maintenant à l’aspect technique. Ce n’est pas si compliqué de passer d’une monnaie à une autre.
D’abord, il faut éviter ce qui s’est passé en Italie - mais aussi un peu dans notre pays - Monsieur Hennekinne a bien dit qu’on avait oublié d’ajuster convenablement certains prix mais cela est dû au fait que la nouvelle valeur faciale de la monnaie est différente de la valeur faciale de l’ancienne.
Si jamais nous devions passer à une nouvelle monnaie, la première précaution à prendre serait une parité intérieure, valeur faciale de un pour un de la nouvelle monnaie (qui pourrait s’appeler le franc, l’écu…), les prix ne changeant pas, les barèmes, les contrats ne changeant pas.

Je m’inspire, pour la deuxième précaution, de M. Alan Greenspan. Dans son livre à très grand succès : « L’âge des turbulences » (mauvaise traduction de « The age of turbulence »), il évoque la possibilité qu’un pays européen sorte de la zone euro ; il choisit, très pertinemment, l’Italie car ce pays, comme la France, n’a pas encore de dette extérieure et n’est donc pas dépendant de son inclusion dans la zone euro (comme l’est l’Espagne) et parce que l’Italie a une dette publique disproportionnée, supérieure à 100% du PIB, dont elle ne pourra pas s’acquitter. M. Greenspan pense que c’est possible mais qu’il y a une précaution à prendre : il faut indexer les obligations, la dette publique, sur un panier de référence de monnaies qui pourrait être constitué du dollar, du yen, du franc suisse… de façon à protéger les détenteurs de la dette publique - et par voie de conséquence toutes les dettes, puisque la dette publique sert de référence - contre les effets, les dommages collatéraux, qui pourraient résulter d’une sortie de la zone euro. C’est donc la deuxième précaution à prendre.

Troisième problème : l’impression des nouvelles espèces.
On a pris du temps pour imprimer les billets et les pièces en euros mais l’expérience des pays d’Amérique latine qui ont été obligés de changer de monnaie en catastrophe le montre, on peut aller très vite en utilisant à la fois les ressources des imprimeries publiques et des sociétés privées. Cette impression pourrait donc se faire en très peu de temps mais il faudrait la préparer.

Faudrait-il que la nouvelle monnaie soit indexée sur une autre monnaie ?
Devrions-nous, par exemple, nous associer au dollar ?
Je ne le crois pas, d’autant qu’il n’existe plus de monnaie parfaitement fiable à l’échelon international, ce qui devrait nous inciter à une extrême prudence.
Je répète ce que j’ai dit le 17 octobre, dans cette même salle (2), concernant la Suède. La Suède, qui n’est pas dans la zone euro, présente des caractéristiques tout à fait particulières du point de vue de son système bancaire, de son système financier et des relations auprès des actionnaires des entreprises. Sa troisième caractéristique, c’est qu’elle a une monnaie nationale, la Banque centrale de Suède, la plus ancienne du monde, est toujours là pour diriger la politique monétaire. Et ce petit pays excentré est aussi un pays excentrique, capable de mener sa barque dans le système européen et mondial avec cet archaïsme qu’est une monnaie nationale. Donc je crois que c’est possible.

Mais est-ce possible politiquement ?

Autant on peut dire non à l’entrée dans l’euro - nous avons d’ailleurs failli le dire, à très peu de chose près, le 20 septembre 1992 - autant il est difficile, d’un point de vue politique, de faire l’opération inverse.
C’est, d’abord, se heurter à tous nos partenaires de la zone euro (on ne joue plus le jeu, on refuse les disciplines, on refuse les coopérations éventuelles ou, à l’inverse on refuse le jeu de la concurrence interne au sein de la zone euro).
C’est, ensuite, se heurter aux médias, qui nous ont expliqué que l’euro avait été une vraie bonne idée.
Comment effectuer ce virage à 180° ? Une partie de l’opinion y verrait, peut-être, une sorte de désarroi, d’aveu d’impuissance.
Enfin, les politiques français qui ont été les promoteurs de la monnaie unique seraient mal placés pour organiser son abandon par la France. Sortir de l’euro, c’est un peu sortir de l’Europe.

Je voudrais faire une conclusion très différente de mon propos précédent, pour rebondir sur un point essentiel et sur l’évocation du propos de Félix Rohatyn qui a appelé à une gouvernance monétaire mondiale.

La lecture attentive de la presse anglo-américaine révèle que nous allons vers cette gouvernance monétaire mondiale. Les banques centrales des Etats-Unis, d’Angleterre, d’Europe, du Canada et d’Australie sont d’ores et déjà en réseau et leurs décisions de politique monétaire sont déjà ajustées les unes aux autres. Je ne parle pas du point de vue des taux d’intérêts mais des quantités. Des adjudications programmées, en dehors des épisodes normaux, sont décidées, en même temps, par M. Bernanke, M. Trichet, M. Mervyn King et leurs collègues du Canada et d’Australie. Nous sommes donc en train de nous rattacher à l’ensemble anglo-américain sans le dire. Pendant que nous surveillons avec la plus scrupuleuse attention les décisions de M. Trichet et de ses coéquipiers, indépendamment de la politique des taux d’intérêts, d’ores et déjà, du point de vue quantitatif, nous sommes dans un système soumis à l’influence déterminante de la Banque centrale américaine.
Donc, si nous restons dans la zone euro, nous allons rentrer dans une zone dont la régulation de la politique monétaire sera largement décidée à Washington et par les marchés financiers internationaux.
Merci de votre attention.

--------
1) 15ème colloque de la Fondation Res Publica : Finances publiques et pérennité de l'Etat, organisé le 24 avril 2006
2) 25ème colloque de la Fondation Res Publica : Crises financières à répétition, quelles explications, quelles réponses ?, organisé le 17 octobre 2007

Fondation Res Publica I Lundi 18 Février 2008 I | Lu 10319 fois


VOIR AUSSI : euro



Derniers tweets
RT @ThomasWieder: Ce soir, c'est meeting de Merkel dans un centre de fitness https://t.co/SPmtFtRok7
Mardi 19 Septembre - 18:02
"Une Europe vassalisée sous plateforme allemande", par @OlivierPasset, via @XerfiCanal https://t.co/k5apgKrMgC
Mardi 19 Septembre - 11:51
RT @f_dedieu: Mon article dans Le Débat (Gallimard) cosigné avec JB Barfety et A Montebourg sur les privat, tout juste 30 ans après. Bilan…
Mardi 19 Septembre - 11:47

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation