Les Pôles de compétitivité : réalités et enjeux pour les collectivités territoriales


Intervention de Philippe Lefebvre, de l’Observatoire des pôles de compétitivité, au colloque du 26 mai 2009, Réforme territoriale et développement.


Les Pôles de compétitivité : réalités et enjeux pour les collectivités territoriales
Comme cela a été indiqué, je suis enseignant chercheur à l’Ecole des Mines de Paris. Nous sommes une petite équipe d’économistes et de gestionnaires à travailler sur cette question des pôles de compétitivité, des clusters et plus largement des politiques territoriales d’innovation (SRI, etc.). Nous travaillons dans le cadre de contrats de recherche partenariaux (passés avec des acteurs des Régions, de l’Etat, des entreprises, des organismes de recherche, etc.) et de contrats de recherche plus « classiques » (l’Agence Nationale pour la Recherche, notamment). Parmi nos actions, nous animons l’Observatoire des Pôles de Compétitivité (www.observatoirepc.org, une structure financée par l’Association des Régions de France.

Comme vous le savez, les pôles de compétitivité sont une politique industrielle nouvelle aux enjeux importants et aux traits originaux.

Enjeux importants puisqu’à l’origine de cette politique, il y a la question du maintien de la puissance industrielle de la France (avec le fameux rapport de la DATAR de 2004), la question de l’emploi et de la compétitivité dont on dit que, dans une économie de la connaissance, elle passe forcément par l’innovation (et sans doute par l’innovation, par la R&D), enfin, la question des atteintes des objectifs de Lisbonne (les 3%) : la politique des pôles était vue en effet comme un levier sur la R&D privée.
Politique originale : il n’y a pas d’autre politique qui ait, à cette échelle, tenté de mettre en relation des créateurs et des utilisateurs de connaissances, de la recherche et des entreprises, des acteurs privés et des acteurs publics. Ce qui renvoie à un point important qu’évoquait Jean-Pierre Duport : la connexion des acteurs sur le territoire. De ce point de vue, la politique des pôles a une ampleur d’action tout à fait inédite, c’est important à souligner même si on peut trouver quantité de précédents à cette politique, que ce soient les RRIT (Réseaux de recherche et d’innovation technologique), les CNRT (Comité national de la recherche technologique), etc. (le nombre de dispositifs est prodigieux).
Politique originale, aussi, si on la compare à d’autres « cluster policies » dans le monde parce qu’elle a longtemps dénié le rôle des régions et des collectivités territoriales : cette politique, lancée par l’Etat en 2005, a en effet attendu 2008 pour accorder enfin une place aux régions et autres collectivités territoriales. Les régions et collectivités territoriales pourront désormais signer des « contrats de performance » associant à la fois les pôles de compétitivité, ces collectivités territoriales et l’Etat.
Ces dispositifs extrêmement importants, en termes d’enjeux de développement économique pour les régions et collectivités, soulèvent quantité de questions.

Pour répondre à quelques unes des questions qui se posent, je reprendrai le « cahier des charges » que m’a fourni Patrick Quinqueton :
Comment se présentent ces pôles ?
Est-ce que ça marche ?
Que faire maintenant ?

J’évoquerai dans un premier temps les effets des pôles de compétitivité et les suites à leur donner.
Je tenterai ensuite de répondre aux questions : Quelle est l’action des collectivités territoriales face aux pôles ? Quelles sont les interactions entre les différents acteurs qui, dans les territoires, interagissent avec les pôles ?
Enfin, j’essaierai d’indiquer quelques enjeux qui me paraissent importants pour l’avenir des pôles.

Le plan de mon exposé étant annoncé, voici les idées que je vais défendre :
Les pôles de compétitivité constituent une véritable valeur ajoutée, en matière de politique industrielle et de politique d’innovation quoiqu’il y ait des points sensibles à améliorer : il y a une avancée certaine, très positive, mais des choses importantes restent encore à construire.

Les collectivités territoriales, quoique l’Etat ne leur ait pas accordé de place, ont joué de fait et depuis le départ un rôle important : j’essaierai d’en indiquer les lignes de force. Toutefois, les dispositifs d’origine régionale ou nationale qui, dans les territoires, visent à promouvoir l’innovation, mériteraient d’être mieux articulés avec les pôles de compétitivité.

La question de la réforme territoriale et la question de l’injonction faite aux régions d’élaborer des stratégies régionales d’innovation (injonction faite par l’Union européenne pour que les régions puissent bénéficier des fonds des programmes opérationnels FEDER) constituent des enjeux importants pour les pôles. L’élaboration des stratégies régionales d’innovation est très clairement une très bonne chose. Les conséquences de la réforme territoriale me semblent plus incertaines.
Enfin, j’essaierai d’indiquer quelques inflexions souhaitables de la politique des pôles en soulignant trois points :
Il faut poursuivre et renforcer l’animation des pôles de compétitivité, un point très important à l’heure où l’Etat s’interroge sur sa contribution financière à l’animation des pôles.
Il faut sans doute différencier la politique des pôles de compétitivité (71 pôles très différents).
Les pôles de compétitivité ne sont pas l’alpha et l’oméga d’une politique d’innovation par la R&D même s’ils sont un dispositif très intéressant et il faut les compléter par des dispositifs d’inspiration similaire mais adaptés aux activités émergentes


I – Les Pôles de compétitivité : faits, effets et suites

Du point de vue d’une approche des territoires, on constate que toutes les régions ont des pôles. Il arrive qu’une région partage un pôle avec une autre région. « Capénergies » en fournit un exemple : c’est un pôle de compétitivité qui associe Provence-Alpes-Côte D’Azur et la Corse, ce qui permet de dire que la Corse a un pôle de compétitivité. Rhône-Alpes a 15 pôles de compétitivité, Provence-Alpes-Côte D’Azur : 6, le Nord-Pas-de-Calais : 6, l’Ile-de-France : 5, Pays de Loire : 5. D’autres n’en ont qu’un demi, un ou un et demi - (le « demi » renvoie au cas des pôles bi-régionaux) : un demi pour la Corse, Champagne -Ardenne et Poitou-Charentes, un pour la Picardie, un et demi pour l’Alsace, la Franche-Comté et la Normandie. Les régions sont donc plus ou moins richement dotées en pôles mais toutes les régions y sont sensibilisées.

Parmi ces pôles de compétitivité, tous n’ont pas le même statut. L’Etat a choisi de distinguer trois types de pôles de compétitivité :
• Les pôles mondiaux
• Les pôles à vocation mondiale
• Les pôles nationaux

Cette distinction correspondait à l’identification d’un potentiel de R&D privée et publique plus ou moins important mais qui n’avait aucune implication prédéterminée en matière d’allocation de ressources.
Si on croise la carte du territoire avec ces trois catégories, on s’aperçoit que les pôles mondiaux ou à vocation mondiale sont extrêmement concentrés. Quatre régions concentrent 12 des 17 pôles de compétitivité dits « mondiaux » ou « à vocation mondiale » : l’Ile-de-France, avec 5 pôles, Rhône-Alpes, avec 3, Provence-Alpes-Côte D’Azur et Bretagne avec 2 chacune. Huit régions n’ont pas de pôle de compétitivité mondial ou à vocation mondiale, en tous cas n’y participent pas, même dans un cadre bi-régional. Midi-Pyrénées a un seul pôle de compétitivité mondial, « Aerospace Valley », co-piloté avec l’Aquitaine, parfois cité comme le plus gros pôle de compétitivité en région.

Ces différences dans le nombre de pôles par région renvoient certes à des différences de potentiel régional, d’effectifs, de capacité de R&D publique et privée mais aussi au choix qu’ont fait les différentes régions face à l’appel d’offres « pôles de compétitivité » lancé par l’Etat en 2004. Certaines ont choisi délibérément de proposer le plus de projets possible, c’est le cas de Rhône-Alpes. D’autres ont eu une interprétation restrictive de l’appel d’offres. Cela s’explique par l’incertitude de l’époque quant au nombre de pôles de compétitivité qui seraient labellisés. Le rapport Blanc préconisait un nombre restreint de pôles de compétitivité (une dizaine) alors que le rapport de la DATAR était beaucoup plus ouvert. Midi-Pyrénées a répondu dans une logique où il y aurait très peu d’élus, ne proposant alors que deux pôles mais puissants et très fortement argumentés. Depuis, un troisième a été labellisé en Midi-Pyrénées.

Ces pôles bénéficient de financements très inégaux dans les faits. Les fonds reçus par les pôles viennent essentiellement abonder les projets de R&D. Ils sont proposés à différents guichets de l’Etat : le Fonds unique interministériel, l’Agence nationale pour la recherche et Oséo (1) qui acceptent ou refusent les projets qui leur sont présentés.

De facto, on observe au bout de trois ans que les 17 pôles de compétitivité dits « mondiaux » ou « à vocation mondiale » reçoivent 75% des financements de l’Etat. Les 54 autres se partagent les 25% du reste, ce qui a une incidence très forte sur ce que reçoivent de manière indirecte les régions. Mais c’est une manière astucieuse de gérer l’opposition entre une sélectivité très forte en matière de pôles de compétitivité et une ouverture très large. Les pôles de compétitivité sont issus de propositions venues des acteurs dans une logique « bottom up » ce qui a conduit au nombre très élevé de 71 pôles. Le financement, très différencié selon que les pôles sont mondiaux ou non, permet de rétablir une forme de sélectivité. Cette combinaison est très astucieuse : elle associe les vertus de la sélectivité, de la masse critique, sur certains pôles et la possibilité pour d’autres de tenter leur chance et éventuellement de se développer significativement à terme. De fait, parmi les 54 pôles dits « nationaux », 23 ont été classés en catégorie A, c’est-à-dire très bien notés après trois années de fonctionnement.

Les pôles ont en effet fait l’objet d’une évaluation en 2008. Ils ont été répartis en trois catégories selon qu’ils étaient bons ou mauvais élèves, qu’ils atteignaient ou non les objectifs qui leur avaient été assignés. Sur les 71 pôles, 39 ont été très bien jugés, 13 plutôt très mal et sont en suspens, c’est-à-dire que leur vie est suspendue à la condition qu’ils montrent, dans les semaines qui viennent (ils avaient un an entre juin 2008 et juin 2009 pour convaincre et proposer de nouvelles orientations à l’Etat), qu’ils ont des projets de développement cohérents et des capacités à rebondir. La possible disparition de ces 13 pôles ne me paraît pas choquante en soi. Il paraît relativement sain qu’une politique publique puisse labelliser et dé-labelliser les pôles qui ne répondent pas à ce qui est attendu, d’autant qu’une année leur a été donnée pour proposer de nouveaux projets et se restructurer. Cela ne signifie nullement que leurs activités manquent d’intérêt – mais plutôt que ces activités, assez peu orientées R&D en général, relèvent éventuellement d’autres formes de soutien public (SPL, clusters régionaux, etc.).

Par ailleurs l’Etat a poussé et pousse au regroupement de certains de ces pôles autour de thématiques. Il y a au départ quatre pôles dans le domaine automobile, l’Etat a fortement poussé l’un de ces pôles à s’associer à un autre. De même, dans le domaine aéronautique, les trois pôles existants ont été fortement invités par l’Etat à travailler de concert de manière à éviter des doublons.

Quels sont les effets de cette politique ?

Au bout de trois ans, l’impact final en matière d’emploi et de croissance économique n’est évidemment pas mesurable. Ces pôles permettent de financer des projets de R&D qui eux-mêmes ont une durée de vie de trois ans au minimum. Au mieux ils ont commencé en 2005, ils arrivent donc à peine à leur terme. Par ailleurs, il est précisé que ces projets ne sont financés qu’à condition d’avoir des horizons de débouchés en matière de produits de trois à cinq ans après la fin du projet. Ils n’ont donc pas pu donner lieu à des créations d’emplois ou d’activités bien claires.

Selon les déclarations des pôles, contrôlées, dans plus de la moitié des cas la politique des pôles a permis d’attirer dans la région de nouveaux centres de recherche, de nouvelles implantations d’entreprises ou de créer des entreprises. Dans 40% des cas environ, les acteurs des pôles disent que cette politique a permis de développer les CIFRE (conventions industrielles de formation par la recherche), de multiplier les dépôts de brevets et d’accroître la sortie de nouveaux produits.
S’il est encore trop tôt pour bien juger des impacts finaux, on peut regarder les variables de processus, les variables d’action.

On peut constater ainsi un nombre important de projets de R&D – c’était le résultat attendu - et une qualité d’organisation, de « gouvernance » qui s’est sensiblement améliorée.

L’un des principaux effets des pôles de compétitivité, ressenti et évalué, est la mobilisation des territoires et des différents acteurs - entreprises et recherche publique, PME et grandes entreprises, PME et recherche publique - et la capacité à les mettre en relation : Un nombre non négligeable des plus grandes entreprises des plus grands pôles ont découvert près de chez elles des capacités de recherche publique qu’elles méconnaissaient.

On a vu se diffuser une culture de l’innovation à travers ces pôles de compétitivité. Cette politique a permis de sensibiliser de manière accrue les PME à la question de l’innovation par la R&D. La recherche publique a aussi intégré cette culture de l’innovation. Depuis plusieurs décennies, les chercheurs connaissent un tournant culturel - la recherche n’est plus seulement académique - mais les pôles de compétitivité ont accéléré cette évolution.

Il faut aussi noter l’interpellation des acteurs de l’enseignement supérieur vis-à-vis de la question de l’innovation, vis-à-vis des débouchés offerts par leurs formations. Les établissements de formation sont, des trois piliers des pôles de compétitivité, celui qui, jusqu’ici très en retrait, a été le moins actif. Mais cette politique, qu’on peut juger relativement décevante sur le plan des nouvelles formations offertes, a eu au moins le mérite d’interpeller ces acteurs de la formation.

Dernier point, la mise en relation des différents acteurs qui, sur un territoire, participent au développement économique de la région. La création d’un fonds dit « unique » interministériel (FUI) témoigne de la volonté de réorganisation de l’Etat lui-même, en vue de simplifier ces procédures. A l’échelle des régions, on a assisté également à la création de fonds uniques, de guichets uniques. Dans les pôles de compétitivité, les institutions qui financent se réunissent dans le cadre de « comités de financeurs » qui associent les représentants de l’Etat en région et les différentes collectivités territoriales. A travers ces comités de financement ou les comités dits de « labellisation » des projets, les différents acteurs étatiques et locaux se retrouvent.

Ces impacts sont tout à fait sensibles et perceptibles. On peut parler d’une accélération très forte dans la mise en relation des acteurs et l’évolution de leurs attitudes et actions et, au total, d’un tournant significatif.

Quels sont les points faibles ?

Le premier point faible est la stratégie. La stratégie des pôles a été souvent peu formalisée, peu révisée. Les pôles ont peu de moyens propres. On finance les projets de R&D mais on finance très peu les capacités d’animation, les hommes pour animer ces pôles. Les pôles ont pour vocation de mettre en relation des acteurs, de les faire travailler ensemble et, paradoxalement, les moyens d’animation sont très faibles (douze équivalent temps plein dans le meilleur des cas, la moyenne se situant autour de quatre à cinq). De plus, les pôles de compétitivité s’effectuent dans un cadre dit de « co-opétition » où, si les entreprises coopèrent d’un côté, elles peuvent aussi être concurrentes d’un autre. Construire une stratégie dans ce cadre est extrêmement délicat. Il y a là un problème de fond.

La deuxième difficulté concerne l’implication des PME. Les pôles de compétitivité ont fait beaucoup d’efforts en la matière en les associant notamment à la gouvernance et en établissant des collèges. Si on regarde les choses indépendamment du fait que telle ou telle PME est dite « leader » d’un projet de R&D, dans la réalité on assiste très souvent à une forme de dissymétrie classique entre petites et grandes entreprises, à des prises de responsabilité très différentes et à d’importants problèmes de propriété intellectuelle.

Le troisième sujet d’amélioration possible est l’implication de l’enseignement supérieur et, d’une manière générale, de la formation. C’est sans doute le maillon le plus faible.

Enfin, le critère du développement durable a été rajouté tardivement dans la politique des pôles de compétitivité.


Quelles sont les suites à donner à la politique des pôles de compétitivité ?

La politique est reconduite pour trois ans avec la même dotation financière : 500 millions d’euros par an. Elle est toutefois un peu réorientée : il est clairement affirmé que les pôles de compétitivité ont vocation à faire de l’innovation par la R&D. C’est l’une des raisons qui ont conduit à remettre en cause treize de ces pôles.

Cette politique impose désormais aux pôles de compétitivité de faire une feuille de route stratégique. Ils devront la remettre dans les mois qui viennent, ce qui sera difficile, même si c’est une bonne chose.
L’association des régions et des collectivités territoriales à cette politique est améliorée : les régions et collectivités territoriales pourront être cosignataires des contrats de performance des pôles.



II – Quelle est l’action des collectivités territoriales vis-à-vis de ces pôles ?

Dans tous les pôles (sauf quatre), les collectivités territoriales ont été l’une des forces d’impulsion de la création des pôles.

Si les projets de R&D sont financés pour l’essentiel par l’Etat (1500 millions d’euros sur trois ans), les collectivités territoriales apportent quand même 300 millions d’euros, soit 20% de ce qu’apporte l’Etat. Elles ont reçu 7000 demandes de financement de projets en trois ans et ont répondu favorablement dans 10% des cas environ, avec une forte sélectivité donc.

Les collectivités territoriales jouent aussi un rôle important dans le financement de l’animation des pôles (l’équipe de permanents des pôles). Je l’ai dit, une originalité de la politique de l’Etat français est d’attribuer, dans le financement des pôles, une part forte aux projets de R&D et une part faible à l’animation, contrairement au choix fait par d’autres pays. Les régions et collectivités territoriales confondues financent près de 40% des structures d’animation des pôles, sous des formes diverses : contributions financières, contributions en nature (mise à disposition de personnes, prestation d’études, hébergement des structures des pôles, etc.). L’Etat assure moins de 30% de ce financement et les entreprises 20%. Compte tenu de l’importance de l’animation des pôles de compétitivité, ce rôle me paraît tout à fait significatif.

Quelle est l’interaction des pôles avec les différentes structures qui relaient les collectivités en matière de développement économique et d’innovation ?

Le lien entre les pôles de compétitivité et les agences de développement économique des Conseils généraux ou les Agences régionales d’innovation sont réguliers et importants. Ce n’est pas le cas des liens entre les pôles de compétitivité et d’autres dispositifs qui, en région, visent à mettre en rapport les acteurs, qu’il s’agisse des SPL (systèmes productifs locaux) initiés par l’Etat, ou des clusters (regroupements d’entreprises du même secteur) lancés à l’initiative des régions (comme dans la région Rhône-Alpes ou dans la région Provence-Alpes-Côte D’Azur, avec les fameux PRIDES : Pôles régionaux d’innovation et de développement économique solidaire) : dans la moitié des cas, il n’y a pas de liens réguliers entre pôles et SPL ou pôles et clusters régionaux. Il en résulte des risques d’incohérence entre ces actions, entre ces structures qui ont des vocations certes différentes – les pôles sont souvent plus orientés vers l’innovation via la R&D – mais qui présentent souvent des points de recouvrement. Il y a une cohérence à construire : si certains sont allés dans ce sens - le paysage n’est pas totalement incohérent - les signes d’incohérence restent importants.

L’articulation est également à construire ou renforcer avec d’autres acteurs importants pour l’innovation en région : les intermédiaires de l’innovation, les centres techniques, les centres de transfert, les CRT (centres de ressources technologiques). Là aussi, la qualité des liens entre les pôles et ces structures de transfert et intermédiaires de l’innovation est éminemment variable.

Je voudrais évoquer l’articulation des pôles de compétitivité avec des dispositifs initiés par l’Etat qui ont pour vocation de promouvoir l’innovation dans les territoires, je pense notamment aux dispositifs lancés dans le cadre du Pacte pour la recherche en 2006, les fameux PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), les RTRA (Réseaux thématiques de recherche avancée) et les instituts Carnot . Les PRES ont vocation à fédérer des établissements de formation, les treize RTRA à promouvoir de la recherche d’excellence dans quelques disciplines et le label « instituts Carnot » (2) reconnaît certains laboratoires de recherche publique pour la qualité des relations contractuelles qu’ils entretiennent avec les entreprises.

De ce point de vue, la question de la cohérence entre les pôles de compétitivité et ces initiatives lancées par l’Etat par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, se pose.

Une étude que nous avons réalisée sur cette question révèle que l’articulation entre les pôles de compétitivité et les RTRA est affichée très volontiers par ces derniers : les RTRA ont quasiment tous affichés le fait qu’ils se situaient en amont d’un ou de plusieurs pôles de compétitivité.
La réalité est toutefois très variable : elle va d’une quasi-absence de liens jusqu’à une intrication très forte entre pôle et RTRA, comme c’est le cas sur le plateau de Saclay entre le pôle « System@tic » et le RTRA « Digiteo », dans les systèmes complexes.

Autre point notable : certains RTRA refusent délibérément de travailler avec les pôles de compétitivité alors même qu’ils travaillent avec des entreprises, au motif que les pôles de compétitivité sont des structures qui, du fait de leur cadre collaboratif, ne permettent pas de faire de la recherche très amont. C’est une indication, souvent confirmée par les chefs d’entreprises, sur le fait que les pôles de compétitivité permettent de faire une forme de recherche « intermédiaire », et non de la recherche fondamentale ou de l’innovation de rupture, non du « front de taille ».

Entre les pôles de compétitivité et les PRES, l’articulation géographique ne pose pas de problèmes mais l’articulation opérationnelle ou en matière de gouvernance reste à construire. Ceci renvoie sans doute à la jeunesse des PRES mais aussi à la difficulté traditionnelle des universités à réorganiser leur offre de formation et au fait que les pôles de compétitivité eux-mêmes se sont, jusqu’à présent, assez peu enquis des questions de formation. Il faut dire que l’Etat ne les y avait pas beaucoup incités.

Les laboratoires labellisés « Carnot » ont vu leurs contrats de recherche bilatéraux (avec une entreprise) - donc, à terme, leurs fonds « Carnot » - diminuer lorsqu’ils ont vu les contrats obtenus dans le cadre des pôles de compétitivité s’accroître. L’effet de vases communicants entre pôles de compétitivité et contrats de recherche bilatéraux soulève la question de l’effet de levier véritable suscité par les pôles de compétitivité vis-à-vis de la recherche privée. Le rapport d’évaluation remis à la DIACT (Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires) qui, avec la DGCIS (Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services), pilote les pôles de compétitivité, ne mentionne rien des résultats éventuels en termes d’effet de levier. Ce silence me paraît conforter les interrogations qu’on peut avoir à cet égard – sans du tout mettre en cause les autres effets positifs et importants des pôles, rappelés ci-dessus.


III – Comment peut-on améliorer cette politique des pôles de compétitivité ? Quels enjeux pour l’avenir ?

La réforme territoriale suggère que des régions pourraient se regrouper. Peut-être cela simplifierait-il la gouvernance des sept pôles bi-régionaux ou tri-régionaux mais cela ne me paraît pas constituer un avantage critique.

Si les régions sont la maille la plus pertinente pour favoriser le développement économique et l’innovation, la contribution des autres collectivités fait jeu à part égale avec les régions en matière de financement. Il me semblerait donc dangereux que le transfert de compétences du département à la région soit trop important, signifiant une sorte d’éviction du département et des agglomérations.
Je rejoins l’interrogation de Jean-Pierre Duport sur la place des métropoles. Les agglomérations, les communautés urbaines, ont joué souvent, dans les grandes villes, un rôle significatif dans l’accompagnement des pôles à différents titres (financement, prestation d’études, de conseils). La constitution de métropoles donnerait un poids significatif à ces acteurs qui rassemblent très souvent des forces de recherche privée importantes et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Cela produirait sans doute un couple région-métropole fort et le département se trouverait affaibli alors même que jusqu’à présent il a été très engagé.

Vis-à-vis de la réforme territoriale, sur laquelle je ne suis pas compétent, mon message pour les pôles est donc le suivant : prudence. Prudence car il s’avère que les collectivités territoriales à différents niveaux (région, département, ville, communauté d’agglomération ou de communes) ont soutenu les pôles jusqu’à présent.

Deuxième enjeu d’actualité pour les pôles : Les régions se doivent, dans le cadre de l’Union européenne, d’établir une stratégie régionale d’innovation – ce qui peut être l’occasion de (re)positionner ces pôles dans la stratégie régionale et revoir les soutiens régionaux aux pôles. Une seule région, la Bretagne, a pour l’instant promulgué sa stratégie. L’état d’avancement dans les régions est tout à fait variable. En parlant avec différents interlocuteurs, on constate que la place accordée dans ces stratégies aux pôles de compétitivité est très variable. Certaines régions sont déjà bien dotées en pôles de compétitivité autour desquels elles ont structuré l’essentiel de leurs activités économiques. C’est le cas, au premier chef, de la région Rhône-Alpes. Mais d’autres régions se posent la question de promouvoir et de soutenir des filières d’activités économiques autres que celles qui ont déjà été labellisées dans le cadre des pôles (même Rhône-Alpes, qui compte 15 pôles, a lancé par ailleurs 12 clusters régionaux en parallèle).

Très souvent les pôles de compétitivité sont jugés importants et satisfaisants et cette stratégie régionale d’innovation se préoccupe davantage d’améliorer le dispositif de soutien qui va permettre de travailler avec les pôles de compétitivité et, d’une manière plus générale, de soutien à l’innovation.
On remarque une convergence sur quatre points :
- Améliorer la valorisation de la recherche publique afin qu’elle permette de déboucher sur des brevets, des innovations, des licences.
- Accompagner les PME (une « ritournelle », certes, mais tout à fait fondamentale).
- Améliorer le financement de l’innovation à deux stades : la maturation des projets de recherche et l’amorçage du développement.
- Restructurer le réseau régional d’innovation, donc tous les acteurs qui, en région, favorisent l’innovation.

Selon les régions, 100 à 150 structures jouent le rôle d’intermédiation à l’innovation. Ces structures, qui représentent quelques centaines de personnes, sont souvent de taille réduite. Des auteurs influents dans le cadre des stratégies régionales d’innovation défendent l’idée qu’on aurait intérêt à simplifier, rationaliser, transférer à d’autres acteurs - pourquoi pas privés - une partie de ce rôle d’intermédiation. Selon moi, il serait tout à fait dangereux d’aller dans le sens d’une suppression hâtive de ces structures d’intermédiation. Nous sommes dans un pays où, de fait, l’entreprise et la recherche publique sont culturellement des mondes très éloignés. Bien que les esprits évoluent rapidement, la force d’inertie reste importante et nous avons besoin de ces intermédiaires pour relier, justement, entreprise et recherche – voire pour relier, dans le cas de nombre de PME, entreprise et innovation.

Quelques souhaits, pour finir.

Il faut poursuivre la politique des pôles de compétitivité parce qu’il faut de la continuité dans l’action, il faut s’inscrire dans la durée. La Silicon valley, le plus fameux exemple de cluster, remonte au tout début du 20e siècle, comme le montrent les travaux de Sturgeon.

Il faut renforcer l’animation. C’est un point important et un point d’actualité. L’Etat envisage de réduire sa participation à l’animation et souhaite que les frais d’animation soient partagés à 50% entre les pouvoirs publics (Etat et collectivités territoriales) et les acteurs privés. Pour beaucoup de pôles c’est aujourd’hui absolument impensable. Cela me paraît fragiliser des structures déjà très faibles, compte tenu de l’ampleur des tâches qui leur sont confiées.

Cela me paraît aller à l’encontre d’un impératif double :
Le premier c’est que les pôles de compétitivité manquent de stratégie, faute de moyens et en raison du cadre compétitif mais aussi faute d’effectifs et peut-être de profils de compétences recrutés pour cela. Parmi les animateurs des pôles de compétitivité, peu sans doute ont été formés aux méthodes de créativité structurée et de conception innovante qui permettent de bâtir des stratégies robustes de R&D dans des univers incertains. Ces méthodes, assez récentes, ne sont diffusées que depuis une décennie dans les grandes entreprises. Pourquoi les pôles de compétitivité, dont l’enjeu national et régional est fondamental, ne pourraient-ils pas bénéficier du même type de méthodes ?

Il faudrait aussi renforcer l’animation des pôles sur leur capacité à accompagner les projets de R&D au-delà de leur montage financier et des accords de consortium. L’enjeu est de ne pas se contenter de mettre à disposition des acteurs des ressources financières ou matérielles pour faire de la R&D mais de les accompagner – je pense notamment aux PME – dans leur apprentissage. Le transfert de connaissances n’est pas la simple mise à disposition de moyens. Pour cela, il faut pouvoir accompagner les PME pour s’assurer qu’elles sont en train de développer leurs compétences, leurs capacités, leurs effectifs de R&D. C’est un enjeu majeur pour nos PME.

Extrêmement différents, les pôles de compétitivité requièrent également des instruments adaptés à cette différence. J’ai défendu cette idée à diverses occasions et n’y reviendrai pas aujourd’hui.

Enfin, si la politique des pôles est à mes yeux un catalyseur important, significatif, bienvenu, pertinent, il est tout aussi important de préparer les filières qui feront l’économie dans vingt ans. Les pôles de compétitivité sont pour l’essentiel établis autour de périmètres économiques, scientifiques, technologiques très clairement reconnus. Il me paraît donc important qu’en parallèle de cette politique, l’Etat poursuive une politique de recherche amont, avec un rôle significatif de programmation de la recherche et que les régions elles-mêmes (pourquoi pas dans le cadre de leurs stratégie régionale d’innovation), compte tenu de la proximité qu’elles ont avec les acteurs en région, puissent soutenir, à travers des petits appels à projets, à travers des financements même modestes, le développement de nouveaux champs scientifiques et champs d’innovation et des « entreprises » (des aventures) un peu risquées. Ce sont ces mises un peu différenciées dont certaines n’aboutiront à rien qui permettront peut-être de préparer l’économie de demain. Je serais tenté de plaider pour la création de pôles très amont, très pionniers qui rassembleraient des entreprises et des structures de recherche en petit nombre autour de disciplines ou sous-disciplines en voie de création et autour de nouveaux champs d’innovation, émergents. En bref, des « proto-pôles ».

----------
1) OSEO – établissement public né du rapprochement de l'Anvar, de la BDPME, de la Sofaris et de l'AII – finance, a pour mission de soutenir l'innovation et la croissance des PME.
2) Le réseau des instituts Carnot a pour mission de développer des partenariats de recherche avec les acteurs socio-économiques (grands groupes, PME, start-up, collectivités territoriales) et de favoriser les transferts de technologies.

Fondation Res Publica I Mardi 26 Mai 2009 I | Lu 8341 fois





Derniers tweets
Les inscriptions sont ouvertes > "Le moment républicain en France?", colloque du 11 décembre https://t.co/E6lPA7xq18 #ResPublica
Lundi 13 Novembre - 12:36
Colloque #ResPublica du 27/11 > "L'#Ecole au défi de l'intégration républicaine" https://t.co/l317xmOCK9 cc @chevenement @NPolony
Jeudi 9 Novembre - 17:32
Le 21/11 > "Max #Gallo, la fierté d'être français", les inscriptions sont ouvertes > https://t.co/oyx5aCU1km cc @APHG_National #ResPublica
Mardi 31 Octobre - 09:28

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation