L'Europe est-elle sortie de l'histoire ?


Intervention de M. Gabriel Robin, Ambassadeur de France, ancien directeur des Affaires politiques au MAE, ancien ambassadeur auprès de l’OTAN, à la table-ronde "L'Europe est-elle sortie de l'histoire ? Réponses" du lundi 20 janvier 2014.


Merci, Monsieur le Président.

Pour ma part, je m’attacherai à la question que pose votre livre qui est de savoir si l’Europe est sortie de l’histoire ou va sortir de l’histoire.


Mais une question peut en cacher une autre et dans le cas particulier elle en cache au moins deux :

1° De quelle Europe parlons-nous ?
Il y a l’Europe organisée, constituée, institutionnalisée. Il y a les États européens qui la constituent. Les réponses ne sont pas forcément les mêmes selon que nous parlons de l’une ou des autres.

2° Qu’est-ce que « faire l’histoire » ?
« Faire l’histoire » dans le domaine de la politique est ce qui nous intéresse le plus directement. Mais il faut se souvenir qu’au XVIe siècle des Italiens ont « fait l’histoire » plus que l’Italie ne le fera jamais. On pourrait en dire autant pour beaucoup d’Allemands du XIXe siècle, à l’époque où l’Allemagne était divisée et ne jouait pas un rôle central sur la scène internationale.

On voit que, là aussi, il faut tenir compte des différentes nuances. On peut être le théâtre de l’histoire, l’enjeu de l’histoire mais on n’est vraiment dans l’histoire que si on en est acteur.
C’est cette définition, pour ma part, que je retiendrai.

À partir de là il me semble que la question peut se décliner en trois sous-questions :
- L’Europe est-elle sortie de l’histoire ?
- Les Européens sont-ils sortis de l’histoire ?
- L’Europe permettra-t-elle aux Européens de rester dans l’histoire ou, au contraire, va-t-elle les jeter hors de l’histoire ?


1° La première question « l’Europe est-elle sortie de l’histoire ? » est la plus simple à résoudre.

Non. L’Europe n’est pas sortie de l’histoire pour l’excellente raison qu’elle n’y est jamais entrée.

Lors des trois guerres du XXe siècle (Guerre de 14, Guerre 39-45 et Guerre froide) l’Europe est un théâtre de la guerre, un des enjeux de la guerre mais elle n’est pas actrice :

Divisée entre les belligérants et les neutres (qui sont tout aussi européens que les autres), l’Europe en tant que telle ne joue strictement aucun rôle dans la Première Guerre, aucun rôle dans la seconde et un rôle très secondaire dans la troisième où, simple contrefort de l’alliance occidentale face au bloc de l’Est, elle se contente d’apporter son soutien.

Nous sommes donc en présence d’une entité qui n’a de rôle que dans le royaume des idées.

Mais, me dira-t-on, depuis la chute du mur de Berlin l’Europe a pu enfin s’épanouir !... du moins l’aurait-elle dû…

Mais, là aussi, on cherche en vain son rôle d’acteur sur la scène internationale :

L’Europe est une étrange puissance commerciale dont le rôle a consisté à disparaître. En effet, l’union douanière s’est ingéniée à disparaître dans l’océan du libre-échange. C’est une façon de jouer un rôle … dont on reconnaîtra qu’elle n’est ni très active ni très positive.

Je mentionne à peine le rôle de l’Europe en matière diplomatique ou militaire. Chacun de nous a dans l’oreille les refrains entonnés à chaque crise internationale pour déplorer l’absence de l’Europe (« Quel dommage !... Encore une occasion manquée ! »). L’Europe n’est jamais là quand on l’attend.

« Il y a quand même l’euro ! », me dira-t-on, « l’euro, c’est important sur la scène internationale ! ».

En effet, on attendait énormément de l’euro, innovation révolutionnaire qui allait transformer le système monétaire international. Avec un recul d’un peu plus d’une douzaine d’années, nous constatons que l’euro n’a rien changé au système monétaire international. Nous n’avons pas fait pièce au dollar, nous restons subordonnés aux décisions de la FED, comme cela a été dit.
En réalité, ce malheureux euro dépense toute son énergie à essayer de survivre. Alors, ne lui demandez pas d’agir sur les autres ! En réalité, il joue le rôle de variable d’ajustement, ce qui semble être la vocation de cette Europe dans le monde où nous sommes. Les autres s’essuient les pieds sur le tapis qu’elle représente.

Tel est à peu près le rôle que joue cette Europe. Elle n’est pas un premier rôle, elle n’est pas sur le devant de la scène, elle n’est ni très active ni très efficace. Je dirai que le rôle de l’Europe est du domaine du rêve, du songe, de l’idéal, un peu comme l’idée de croisade, après la mort de Saint Louis, dans l’Europe du Moyen-âge ; on parlait sans cesse de « faire croisade »… mais on ne la faisait jamais. Il en est de même de l’Europe. Depuis cinquante ans nous annonçons que nous allons faire l’Europe… et elle est toujours devant nous.

Pour ce qui est de l’Europe en tant qu’ensemble structuré, la cause est donc entendue.


2° Les Européens sont-ils sortis de l’histoire ?

Les Européens quant à eux ont joué un rôle principal dans l’histoire.
Ce sont des Allemands, des Français, des Anglais, des Russes… qui ont fait la guerre et fait la paix, signé les traités, organisé le monde. Ils ont été pleinement acteurs de l’histoire.

Il est vrai que le théâtre de l’histoire a tendance à se déplacer. Les centres vitaux et les centres névralgiques se déplacent plutôt vers l’Asie. Mais je ne suis pas sûr que nous ayons à le regretter.

Aujourd’hui nous sommes à peu près sûrs qu’aucune étincelle jaillie en Europe ne mettra le feu au monde et cela vaut mieux pour le monde et pour nous parce que nous étions généralement les victimes de l’incendie que nous avions allumé.

Par conséquent nous sommes de moins en moins le théâtre de l’histoire.

Nous en sommes aussi de moins en moins l’enjeu.

Je ne suis pas très sûr que nos querelles byzantines sur la façon de faire l’Europe passionnent les populations dans le grand large. Qui pense qu’elles intéressent le destin du monde ?

Nous ne sommes donc plus des acteurs de premier rang. Nous ne jouons plus les premiers rôles. Les premiers rôles sont pris par l’Amérique, naturellement, par la Chine, de plus en plus. Et nous voyons un certain nombre de pays, qu’on appelle « les émergents », prétendre à des rôles sur le devant de la scène.

Il est vrai aussi que les enjeux se sont déplacés. On s’intéresse aux « printemps arabes », à l’expansion de l’islamisme, à la querelle des Chiites et des Sunnites et à la montée des « émergents », en particulier de la Chine. C’est cela qui fait l’histoire aujourd’hui, beaucoup plus que nos querelles internes à l’Europe.

Cela ne signifie pas que nous soyons sortis de l’histoire.
Pour n’être plus des acteurs de premier rang, nous ne sommes pas non plus des comparses. Nous ne sommes pas rentrés dans la foule des figurants. Les puissances européennes, en tout cas les plus importantes, figurent parmi les premières du monde. Elles jouent un rôle aussi important, voire beaucoup plus important, que l’Inde ou le Brésil.

Donc les Européens vont rester dans l’histoire, dans ce rôle moyen qui n’est de premier plan ni insignifiant.

Ils resteront aussi dans l’histoire à titre individuel : les savants, les philosophes, ceux qui font l’opinion, qui façonnent la société. Pendant longtemps encore la lumière viendra de l’Europe. À cet égard nous ne sommes pas en présence d’une parenthèse ouverte en 1914 et fermée en 1989, mais d’une parenthèse qui, ouverte dès le XVIe siècle, n’est pas près de se refermer.

Les Européens vont-ils rester dans l’histoire ? Accordons-leur le bénéfice du doute. Ils ont une chance et le droit d’espérer.


3° J’en viens à la question essentielle. L’Europe va-t-elle aider les Européens à rester dans l’histoire ou à en sortir ? Sera-t-elle la planche de salut ou le boulet qui les entraînera par le fond ?

Il s’est produit un événement traumatique dont on n’a pas encore mesuré le choc .

Avec la fin du monde de Yalta, en 1989, à la chute du mur de Berlin, nous sommes entrés dans une ère nouvelle. Et avec le recul du temps la période 1914-1989 se révèle une parenthèse dans l’histoire. Comme vous l’avez très bien noté, Monsieur le Président, nous revenons à une mondialisation, cette fois sous la tutelle plus ou moins débonnaire des États-Unis alors que la précédente s’effectuait sous la tutelle plus ou moins débonnaire de la Grande-Bretagne.

Ce changement de monde, comme le changement de milieu pour un animal, change tout ! Ce qui était sensé devient absurde, ce qui était utile devient nuisible.

Il se trouve qu’en effet l’Europe, née dans et par le monde des blocs dont elle était la créature et à qui elle ressemble, se trouve plongée d’un coup dans un monde de nations, où il n’y a que des États-nations.

L’Allemagne ne fait pas exception à la règle. On nous a raconté pendant un certain temps que lorsqu’elle se réunifierait naîtrait une nation d’une nature sans précédent, sui generis. En réalité,
c’est une nation comme les autres et c’est très bien comme ça.

Nous vivons donc dans un monde de nations fondé sur les notions de souveraineté, de frontières, fondé aussi sur un certain nombre de principes (respect mutuel, non-ingérence, non-recours à la force, non-menace du recours à la force), un monde qui a ses institutions, ses procédures : les Nations-Unies, le Conseil de sécurité (on ne peut déclencher la force que si on a l’autorisation du Conseil de sécurité).

Malheureusement l’Europe va exactement à contre-courant de tout cela. L’Europe est faite pour en finir avec les États-nations, pour les dépasser selon les uns, pour les détruire selon les autres… Quoi qu’il en soit l’État-nation n’est pas son affaire, elle n’aime pas ça.
Certes il lui arrive de se réjouir de la souveraineté … de la Tchétchénie, de la Géorgie, jamais de la France ! La France n’y a pas droit. Elle n’est pas assez grande pour être souveraine.
L’Europe est contre la souveraineté.

Elle n’aime pas beaucoup les frontières non plus.

Elle ne sait d’ailleurs pas où sont les siennes. C’est une espèce de corps en expansion indéfinie.

L’ingérence n’est pas un délit pour l’Europe, c’est un droit et même, dans beaucoup de cas, un devoir !

Quant à l’ONU… c’est bien quand elle dit la même chose que l’Europe, sinon on peut s’en passer. Aux yeux de l’Europe, les pays « démocratiques » secrètent leur propre légitimité qui n’a besoin d’être confortée par personne !

Deux systèmes sont ainsi entrés en collision.

Dans les années 90, tout de suite après la chute du mur de Berlin, la France a considéré que le Conseil de sécurité devait être mis au goût du jour, qu’il fallait le mettre en harmonie avec le monde tel qu’il était selon elle. Elle se représentait un monde partagé en quelques gros blocs, (toujours cette notion de blocs hérité du monde de Yalta !), l’Amérique, la Chine, la Russie, le Brésil, l’Inde, le Nigeria… Selon cette vision, chaque continent aurait son bloc représentatif qui devrait avoir son délégué au Conseil de sécurité. Et les Français ont été très étonnés de constater que cette idée qui leur semblait de bon sens ne marchait pas, n’était pas acceptée ! Il se trouve que les Américains du sud n’ont aucune envie de se faire représenter par le Brésil, que les Africains n’ont aucune envie de s’incarner dans le seul État du Nigeria (ou de l’Afrique du sud ou de l’Égypte)… itou pour l’Asie ! On s’est aperçu que le monde est ce qu’il est. Il n’est pas fait de six, sept ou huit énormes mastodontes mais de deux cents États-nations grands et petits, mauvais ou bons, mais dont aucun ne donnerait à un autre sa place au soleil.
L’Europe est devenue une espèce de corps étranger dans ce monde de nations. Et ce corps étranger est embarrassé, il est empêtré, il est tiraillé, hésitant. D’un côté il a ses intérêts qui sont ceux d’un centre régional. D’autre part, comme tout bloc, il se doit d’avoir une idéologie, forcément universelle. Ce sera le libéralisme «  universel », l’écologie « universelle » (sauf que les autres n’en veulent pas) et les droits de l’homme évidemment « universels ».
Autrement dit, l’Europe n’a pas de politique, elle a une idéologie et elle a quelques intérêts.

L’Europe est très inadaptée à ce monde de nations, très vaste, très divers, sans véritables barrières, qui offre une prime à ceux qui sont agiles, ceux qui sont souples, ceux qui ont une grande rapidité de réaction, même s’ils sont petits ! Singapour se débrouille très bien dans la mondialisation. Israël ne se débrouille pas mal du tout. Le Qatar étonne par son influence. Et je ne parle pas de la Suisse qui continue son petit bonhomme de chemin et ne semble pas avide de rentrer dans l’Europe. À côté de ça l’Europe apparaît comme un dinosaure échappé d’une ère géologique disparue. Ce dinosaure ne peut que cracher du papier, après des semaines et des mois de consultations. Ce lourdaud est incapable d’agir.

Grâce à l’Europe, les Européens, qui étaient en tête du peloton des nations, sont aujourd’hui, malheureusement, à la queue. Ce sont eux qui croissent le moins vite, ce sont eux qui se débrouillent le moins bien.

Il est déjà ennuyeux que nous ne soyons pas capables de profiter des opportunités qu’ouvre le champ de la mondialisation ; le pire est que nous sommes devenus un danger public.

Qui a dit que l’Europe avait renoncé aux impérialismes ? Pas du tout ! Simplement elle en a perdu conscience.

Récemment la France s’était donné pour mission de renverser l’affreuse dictature qui opprime le peuple syrien et d’y instaurer (je ne dis pas restaurer) la démocratie. Convaincus d’être soutenus par toute l’Europe et tout ce qui a une conscience dans le monde, nous avons commencé par des incantations qu’ont suivies des admonestations. Comme cela ne suffisait pas, nous en sommes venus aux menaces, puis aux sanctions, en toute innocence, naturellement ! Le but de ces sanctions était d’éviter de les mettre à exécution. Mais est arrivé le moment où l’arme chimique a été utilisée en Syrie. La « ligne rouge » étant franchie, des sanctions il fallait passer à l’exécution. Et nous y sommes allés, enfin presque. Nous étions prêts à frapper. Tout le monde n’avait qu’à bien se tenir ! Avec toute l’Europe derrière nous, nous ne risquions rien. Bien sûr il y avait la diplomatie russe… mais que vaut la diplomatie auprès d’une bonne canonnière ! Mais les choses ont pris un tour inattendu. Nous avons découvert que l’appui de l’Europe était unanime mais verbal et ne resterait unanime qu’à condition de rester verbal. Restaient les Anglais, des gens solides sur lesquels nous pouvions compter… Et voilà que le parlement de Westminster mettait son veto ! Les Américains, du coup, donnaient l’impression de n’être plus tellement solides. Là-dessus arrive le Russe avec une proposition très séduisante : puisqu’il y a eu agression chimique, il faut désarmer chimiquement la Syrie. Nous nous sommes moqués : « Ce n’est pas sérieux, elle n’y pense pas ; elle n’y croit pas… ! ». Immédiatement les Américains ont déclaré : « S’il faut désarmer chimiquement, alors ce désarmement doit être total, immédiat et inconditionnel » des termes, pensaient-ils, qui ne pouvaient qu’être refusés. Et voilà que, curieusement, les Syriens acceptent. Les Américains, voyant cela, acceptent aussi, pas mécontents de tirer leur épingle du jeu. Et nous nous retrouvons tout seuls !

C’est ça l’Europe ! L’illusion de la puissance (l’addition des PNB donne l’impression d’être extrêmement puissants) et, quand les divisions apparaissent, la prise de conscience de la faiblesse.
L’illusion de la puissance conduit à donner des leçons et à s’engager, le cas échéant, dans des opérations militaires. Le cas récent de la Syrie est emblématique. Mais dans l’affaire du Kosovo, nous avons envoyé aux Serbes un ultimatum dix fois plus inacceptable du point de vue du droit international que ne le fut l’ultimatum de François-Joseph ! Nous devrions avoir honte d’avoir commis un tel acte ! Mais non, nous avons bonne conscience comme si nous avions été « les soldats de l’idéal », selon le mot de Clémenceau [1].

Il faut se rendre compte que l’Europe est devenue un problème. Ce qui se passe en Ukraine en témoigne. Nous risquons de diviser l’Ukraine sans nécessité évidente. Nous n’en tirerons aucun avantage. Au nom de ce que nous croyons être notre idéal, nous allons flanquer la pagaille un peu partout.

Je m’arrête là. Je sais qu’il est très difficile, très dangereux de faire des prévisions (surtout quand il s’agit de l’avenir, dit-on). Mais je me risquerai quand même à renverser l’aphorisme, à « La France est ma patrie, l’Europe est mon avenir », je substituerai : l’Europe est le passé et l’avenir, s’il y en a un, ce sera à la France de le faire.

-----------------
[1] Le 11 novembre 1918, Clémenceau prononça les mêmes paroles à la Chambre et au Sénat. Après lecture, sans commentaires, des conditions d'armistice,  il adressa un salut grave, ému à l'Alsace et à la Lorraine retrouvées et aux morts. « … Quant aux vivants, j'ai dit que nous les attendions pour les regarder passer dans les cris, les larmes, les applaudissements enthousiastes sous l'arc triomphal et, enfin, j'ai ajouté que, par eux, la France retrouverait sa place dans le monde pour poursuivre sa course magnifique dans l'infini du progrès humain, autrefois soldat de Dieu, aujourd'hui soldat de l'humanité, toujours soldat de l'idéal. » Jamais on ne vit au Parlement enthousiasme pareil. Tous les députés debout, entonnèrent La Marseillaise.

-----------------
Le cahier imprimé de la table-ronde "L'Europe sortie de l'histoire ? Réponses" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation

Fondation Res Publica I Jeudi 13 Mars 2014 I | Lu 2862 fois





Derniers tweets
RT @bpetitjean: "Vous avez dit « populisme » ?", recension de "La raison populiste" d'Ernesto #Laclau https://t.co/OT4ag1TBr9 via @laviedes…
Jeudi 13 Juillet - 10:31
Recension du livre "Où va le monde?" (#Lamy, #Gnesotto) par J. Fournier, mb du Conseil scientifique de #ResPublica https://t.co/MGgX6novJ7
Jeudi 13 Juillet - 10:31
Les enjeux maritimes internationaux> "India, U.S. and Japan Begin War Games, and China Hears a Message" https://t.co/HWUiR08MFE via @nytimes
Mercredi 12 Juillet - 15:59

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation