L’Europe doit définir son rapport avec les Etats-Unis


Intervention de Pierre Conesa, Ancien directeur adjoint de la Délégation aux affaires stratégiques et de la DGA DDI, directeur général de la Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS), lors du séminaire "La France et ses stratèges", tenu le 22 mars 2010.


Je parlerai de l’époque très contemporaine où je travaillais à la Délégation des affaires stratégiques (DAS). Cette période post-guerre froide me paraît intéressante parce qu’elle traduit la relative modestie de la pensée stratégique française que l’on peut attribuer à deux faisceaux de causes dont certaines ont déjà été développées ici.

Certaines raisons sont spécifiquement françaises.
On l’a dit, il y a des raisons politiques. Le putsch de 1961 avait abouti à faire taire dans les rangs et à tuer une partie des modes d’expression des militaires.

Il y a aussi des raisons proprement militaires : il est vrai que la hiérarchie militaire rappelait volontiers que, hors le nucléaire, il n’y avait point de salut, rendant illégitime toute forme de réflexion stratégique ne touchant pas au nucléaire. Il faut savoir que Pierre-Marie Gallois n’a été promu au grade de général qu’au regard de l’Histoire (on a considéré que le fait de ne pas le promouvoir apparaîtrait comme une tache). Le général Gallois aurait probablement fait une carrière plus rapide dans le ministère de la Défense s’il avait été contrôleur général des armées plutôt que le grand homme de la réflexion stratégique que nous connaissons. Il y a dans l’organisation administrative française des rémanences qui ne poussent pas à la réflexion stratégique.

Les dernières raisons sont sociologiques. Je suis toujours amusé de constater qu’en Angleterre on mène des War studies tandis qu’en France on se consacre à des « études de la paix ». Le monde universitaire éprouve une sorte de fascination qui disqualifie toute réflexion ancrée dans la chose militaire.

Je relève aussi ce qu’a dit l’amiral Dufourcq : on assiste aujourd’hui à une relève générationnelle extrêmement intéressante ; pour la première fois les militaires sortent du terrain et les modes de promotion et d’expression des militaires sont en train de changer. C’est une transformation très profonde et je crois qu’il faut s’y arrêter.

La deuxième caractéristique française est la modestie des outils. Des hommes seuls c’est bien, mais il est infiniment préférable qu’ils soient adossés à des modes d’organisation.

« Mondes rebelles » (1), recense environ quatre cents crises un peu partout dans le monde. Selon certaines publications américaines, comme celle du CSIS (2), il n’y a que cinquante On going conflicts. Selon les Américains, cinquante conflits, selon « Mondes rebelles », quatre cents ! Il me semble intéressant de savoir qui « choisit » les crises, qui décide qu’une crise est importante et qu’une autre ne mérite pas l’attention. C’est là le rôle des think tanks et de ce que Paul Dickson appelait le « complexe militaro-intellectuel » (3) : identifier l’ennemi, de préférence l’ennemi menaçant, justifier le système de défense et éventuellement justifier l’emploi de la force. Dans ce mode de production-là, il est évident que la pointure française - et même la pointure européenne – n’est pas à l’échelle de la pointure américaine. On compte aux États-Unis entre cinq cents et mille cinq cents think tanks (mais tous ne sont pas stratégiques), donc autant de modes de pensée, qui ont recours à de l’expertise précédant des décisions. La plus célèbre d’entre eux (qui n’est pas le plus gros), la Rand Corporation, compte environ mille cinq cents personnes, cinq bureaux dans le pays, quatre à l’étranger et un budget de 130 millions de dollars. Si on considère ce que pèse la FRS (Fondation pour la recherche stratégique), on descend immédiatement d’un cran, avec un budget de l’ordre de 4 à 5 millions d’euros. Même le SIPRI en Suède ou l’IISS en Grande-Bretagne n’emploient qu’une quarantaine de personnes pour un budget de 9 millions d’euros.

Ma dernière remarque concerne les publications. Paradoxalement, la Revue de Défense Nationale, le média porteur dans lequel beaucoup des personnes présentes ici ce soir ont tenté d’apporter de l’intelligence, du renouvellement, reste à une diffusion à 5000 exemplaires en français, ce qui limite considérablement le propos ! Le média français de relations internationales le plus diffusé dans le monde est le Monde diplomatique, 120 000 exemplaires par mois, 25 éditions étrangères, environ 1 à 2 millions de lecteurs par mois. Étrangement, ce n’est pas reconnu.
On constate donc un décalage entre ce qu’on veut faire et les outils dont on dispose.

Le constat critique que je dresse ne tient pas qu’à la France. La faiblesse du mode de production européen s’est révélée dans la période post-guerre froide, ce monde rêvé (ou cauchemardesque, comme vous voudrez), sans ennemi. Quand, en 1988, Gregoriy Arbatov, directeur de l’institut du Canada et des États-Unis, conseiller de Gorbatchev, lançait aux équipes Reagan « Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d’ennemi ! », nous sommes entrés, faute de paradigme organisateur, dans une période de vide stratégique, puisque celui de la guerre froide sur lequel nous avions tous fonctionné s’effondrait avec le mur de Berlin.

C’est à partir de ce moment que la machine américaine a produit l’essentiel des débats sur lesquels nous avons tous été contraints de nous prononcer :

Tout de suite après la guerre du Golfe, c’était le « nouvel ordre mondial », les armées de la démocratie au service du droit… ça n’a pas tenu très longtemps.

La « menace Sud » qui suivit avait l’avantage de pouvoir réorienter géographiquement tout l’outil militaire, passant de l’Est au Sud. Problème : le Sud ressemblait beaucoup au Maghreb … ce n’était peut-être pas la réflexion la plus efficace que nous avions produite.

Nous eûmes ensuite la version noble de la menace Sud, le « choc des civilisations » (4). Quoi qu’on pense du livre de Huntington (fort bien écrit et traduit en trente-cinq langues !), le fait est que nous devions nous prononcer sur un débat formulé par d’autres (un peu comme au « Ce n’était pas ma question » d’Alain Duhamel, Georges Marchais répondait en d’autres temps : « C'était peut-être pas votre question, mais c’est ma réponse ! »).

Puis il y eut « Le dernier homme » de Fukuyama, suivi du livre de Robert Kagan « Vénus et Mars », le plus ridicule de tous : l’Europe, qui n’avait pas d’armée, était Vénus, Mars étant incarné par les Américains utilisant la force.

Il y en eut d’autres. David Frum, dans un livre extrêmement intéressant : « An End to Evil », explique que, refusant la guerre d’Irak, l’Arabie saoudite et la France devaient être considérées comme des ennemies. Je vous cite le livre de Brzezinski, Le Grand Echiquier (5), sorte de bréviaire de l’unilatéralisme. Pour lui, ce n’est pas l’ennemi qui est important mais le maintien de la suprématie, puisqu’il n’y a plus d’ennemi à la dimension des États-Unis : « Une Europe plus vaste permettrait d’accroître la portée de l’influence américaine. L’Europe de l’Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses États rappellent ce qu’étaient jadis vassaux et tributaires d’anciens empires ». On ne peut être plus clair ! Mais, faute de lire Brzezinski, nous restons liés aux États-Unis par un sentiment de solidarité. Je ne crois pas que ce soit exactement pensé comme tel de l’autre côté de l’Atlantique. À leur arrivée au pouvoir, les néoconservateurs ont posé un certain nombre de principes d’autant plus déstabilisateurs qu’ils n’ont rencontré aucune contre-opinion critique. Ce fut, dès l’éloquent Project for the New American Century (PNAC), la notion de « guerre préventive » – on en a vu la traduction en Irak – et la réhabilitation de l’usage de l’arme nucléaire avec l’idée des mini-nukes.

Nous nous laissions donc dicter des modes de comportement puisque la « solidarité » atlantique nous amenait à avoir une distanciation polie et critique.

Je reviendrai sur le mode de fabrication de l’ennemi que ce système a produit en particulier pour tout ce qui regarde le rapport à la Chine et à la Russie.

Dans la décennie quatre-vingt-dix, faute de trouver des ennemis identifiables, nous avons dérivé vers le fétichisme technologique : l’absence d’ennemi ne devait pas nous empêcher de concevoir des armes destinées à impressionner, par notre supériorité technologique, les ennemis … que nous ne nous connaissions pas ! Tandis qu’à l’époque de la guerre froide les concepts se répondaient, ce fut alors la révolution dans les affaires militaires, le « ciblage », la « précision », le « zéro mort » etc. [Nous sommes aujourd’hui, en Afghanistan et au Pakistan, dans un exercice appliqué qui ne correspond pas exactement à la conception de l’époque.]

Puis le temps vint où le renseignement technologique devait prendre le pas sur toute forme de renseignement : les moyens satellitaires, les moyens d’écoute ne devaient rien nous laisser ignorer… ce que Ben Laden n’avait pas compris puisqu’il est passé au-dessous des moyens de renseignement technologique le 11 septembre !

Cette sorte de tropisme où la fascination américaine jouait à plein culmina lors de la déclaration du Président Bush (6) en janvier 2002 où fut déclarée la guerre aux concepts. Jusque là on désignait comme ennemis des territoires, des États, là, pour la première fois dans l’Histoire, on faisait la guerre au « terrorisme » et à la « prolifération » ! La définition des mauvais proliférants et des bons proliférants était la définition américaine du discours de janvier 2002 : l’Irak, l’Iran et la Corée du nord dans le rôle des mauvais proliférants, les bons proliférants étant ceux que l’on ne citait pas. Il faut croire que le TNP est conçu pour une lecture à trous ! Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, on désignait certains États comme soutiens du terrorisme, d’autres étaient oubliés (l’Arabie saoudite et le Pakistan par exemple).

Cette situation nous plaçait dans un discours descendant qui nous imposait le choix des crises, le choix des ennemis, le choix des processus.

Je n’insiste pas sur le fait que nous-mêmes, pris dans cette mouvance, avons produit des concepts qui continuent à m’étonner : parler, à propos de la prolifération, de la dissuasion « du fort au fou » (7) considérant le proliférant comme un fou, est regrettable lorsqu’il s’agit simplement de dissuasion du faible au fort, sauf que nous sommes dans la situation du fort alors qu’habituellement nous sommes dans la situation du faible. Nous refusons à l’autre la légitimité que nous tirions de cette faiblesse, mais ce n’est pas en lui attribuant un qualificatif psychopathologique que nous réglerons la question. Il s’agit de s’interroger sur les ressorts politiques de la prolifération plutôt que d’en faire une espèce de concept unique curable par une méthode globale.

Donc l’insuffisance est également européenne. En témoigne le mandat de l’Institut de sécurité de l’Union européenne, le seul outil de réflexion stratégique à la disposition de la Commission : L’Institut de sécurité a pour vocation de « réunir des universitaires, des fonctionnaires, des experts et des décideurs des États membres, d’autres pays européens, des États-Unis et du Canada en vue de procéder à une analyse prospective des questions de défense et à enrichir le dialogue transatlantique sur toutes les questions de sécurité ». C’est un postulat politique sur lequel on peut avoir une appréciation critique. Le constat que j’ai fait antérieurement m’incline à penser que ce ne doit pas être la mission première de l’Institut de sécurité. Le monde stratégiste auquel j’appartiens (je ne veux pas avoir une distance critique qui me mettrait au-dessus de la mêlée) souffre d’une espèce d’ontologie atlantiste : nous regardons ce qui se passe aux États-Unis et nous attendons le transfert de compétences à chaque fois qu’il peut avoir lieu.

L’Europe - et la France en particulier - devrait faire avancer la réflexion stratégique dans quatre domaines :

Notre rapport aux États-Unis est assez proche de celui des communistes français à l’égard de l’URSS : à l’époque de Staline, ils affirmaient : « Staline a raison ! » et au moment du rapport Khrouchtchev : « Khrouchtchev a raison ! », bref, l’URSS avait toujours raison. Nous sommes dans la même situation : à l’époque du néoconservatisme, les Américains avaient raison ; aujourd’hui, Obama, qui affirme le contraire de ce que disait Bush, a aussi raison ! Nous avons un véritable problème de justification a posteriori.

Comment penser les relations internationales aujourd’hui quand on est européen ? Avons-nous des intérêts stratégiques qui peuvent être exprimés différemment de ceux des États-Unis ?

Un exemple : Sachant que l’essentiel du pétrole du Golfe est acheminé en Asie, le jour où les Chinois, pour « sécuriser leurs voies d’approvisionnement », enverront des bateaux de guerre dans le Golfe persique, considérerons-nous, comme les Américains, que c’est une menace ou y verrons-nous, en tant qu’Européens, une contribution à la sécurité internationale ? Cette question a sa légitimité. Il en est de même de notre rapport à la Russie (que j’ai évoqué dans « la Fabrication de l’ennemi : le cas russe », article paru dans Libération (31 décembre2009). La « construction de l’ennemi » aujourd’hui, se passe à Washington et nous avons beaucoup de mal à nous en distancier.

Ensuite, l’Europe, faute d’avoir des moyens militaires équivalents à ceux des États-Unis, se doit d’avoir une capacité d’évaluation des crises. L’Europe a éclaté sur la déclaration de guerre à l’Irak, la moitié des pays européens sont allés en Irak sur une évaluation de crise fondée sur les affirmations de Colin Powell brandissant ses petites fioles à l’assemblée générale de l’ONU : « Je ne peux pas vous dire comment j’ai obtenu cela mais je peux vous dire qu’il y a des armes de destruction massive en Irak ! » Nous avons les moyens d’une évaluation propre des crises et c’est précisément ce qui peut consolider un sentiment stratégique européen. J’en cite un exemple : la récente notion d’AFPAK (Afghanistan-Pakistan) est, en soi, un concept géopolitique tout à fait concevable. C’est dans le mode de traitement militaire de l’AFPAK qu’on peut avoir des doutes : Entre, d’un côté des avions américains qui bombardent le nord du Pakistan et, de l’autre, des Européens qui construisent l’Afghanistan, je ne suis pas sûr que les Pakistanais soient suffisamment fins dans l’analyse de la différence entre un avion américain qui obéit dans un cadre OTAN et un avion américain qui agit seul pour arriver à faire la distinction entre les Français et les Américains. Nous sommes en fait victimes d’une « solidarité » dans laquelle nous n’avons pas la maîtrise de la stratégie.

Ma dernière remarque concerne les concepts stratégiques.

Les concepts stratégiques américains sont fondés sur un constat historique : les États-Unis n’ont jamais connu la guerre sur leur territoire. Les Américains ont toujours vécu la guerre médiatisée. Leur concept de guerre est donc : « Je casse tout chez l’adversaire, ensuite il demande la paix ». Nous nous sommes trouvés dans la situation extraordinaire où il fallait expliquer à des Irakiens qu’ils n’avaient plus ni eau, ni électricité, ni services publics, ni police, ni armée qu’ils avaient la chance d’avoir la démocratie. Pour eux, la démocratie était l’opposé de ce qu’ils avaient connu sous la dictature, non pas sur le plan politique mais sur le plan matériel. Nous ne pouvons pas, en tant qu’Européens, adopter des concepts militaires qui consistent à tout casser pour ensuite devoir reconstruire, même si nous sommes meilleurs pour la reconstruction. Donc ce rapport à la guerre doit légitimer et construire des concepts militaires d’emploi qui doivent être assez fondamentalement différents de ceux des Américains.

Nous ne sommes plus au temps où nous pouvions édicter aux autres les conditions dans lesquelles nous comptions assurer notre sécurité, nous ne sommes plus à l’époque de la colonisation, nous ne sommes plus au début du XXe siècle. La construction de la sécurité internationale à l’époque de la mondialisation suppose que nous prenions en compte la façon dont les autres pensent leur propre sécurité. La caractéristique de l’Europe c’est qu’elle se construit sur un consensus politique et non plus sur des rapports de forces. Pouvons-nous avoir les concepts diplomatiques de la puissance militaire classique ? Je ne le pense pas. C’est probablement ce qui fait l’originalité forte de l’Europe, autour de quoi il faut construire une stratégie et éventuellement une diplomatie militaire.

Je remarquerai pour terminer que, dans un espace globalisé, mondialisé, la seule structure militaire qui survive est l’OTAN. Un observateur extérieur pourrait se demander pourquoi nous tenons tant à une structure militaire dont nous avons du mal à définir le mandat mais qu’on retrouve à l’autre bout du monde, en Afghanistan, agissant dans un contexte qui laisse perplexe : Que sommes-nous allés faire là-bas ?

Le véritable enjeu stratégique aujourd’hui, c’est la façon dont l’Europe doit se penser vis-à-vis des États-Unis, c’est là le point essentiel de ma conclusion.
Je vous remercie.


Jean-Pierre Chevènement
Merci, Monsieur Conesa, pour cet exposé décoiffant. Nous sommes passés de « la France et ses stratèges » à « l’Amérique et ses stratèges en France » !
Je pense que Monsieur Gilles Andréani pourrait nuancer votre propos à partir de l’expérience qui est la sienne. Professeur, conseiller maître à la Cour des Comptes, il a occupé d’autres fonctions, en particulier au Quai d’Orsay.

--------
1) Mondes rebelles, encyclopédie des conflits publiée par les éditions Michalon. Le dernier ouvrage de la collection Mondes rebelles, Asie du sud, écrit par Laurent Gayer, est sorti en juin 2009.
2) Center for Strategic and International Studies (Washington)
3) Voir Paul Dickson, Think Tanks, éd. Atheneum, New York, 1971
4) Le Choc des civilisations est issu d'un article, The Clash of Civilizations publié à l'été 1993 par la revue Foreign Affairs et inspiré de l'ouvrage de l'historien français Fernand Braudel Grammaire des civilisations (1987). Cet article a permis à Samuel Huntington d'accéder à la notoriété. Il l'a ensuite développé pour en faire un livre, paru en France en 2000 aux éditions Odile Jacob
5) Zbigniew Brzezinski, Le Grand Échiquier. L’Amérique et le reste du monde, Hachette, Paris, 1997.
6) Discours de George W. Bush sur l’état de l’Union, 29 janvier 2002
7) Voir « Pour une dissuasion du fort au faible » de François de Rose (Relations internationales et stratégiques, n° 12, IRIS, Paris, 1993)


---------
Le cahier imprimé du séminaire "La France et ses stratèges" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation.

Fondation Res Publica I Dimanche 6 Juin 2010 I | Lu 2876 fois





Derniers tweets
Les inscriptions sont ouvertes > "Le moment républicain en France?", colloque du 11 décembre https://t.co/E6lPA7xq18 #ResPublica
Lundi 13 Novembre - 12:36
Colloque #ResPublica du 27/11 > "L'#Ecole au défi de l'intégration républicaine" https://t.co/l317xmOCK9 cc @chevenement @NPolony
Jeudi 9 Novembre - 17:32
Le 21/11 > "Max #Gallo, la fierté d'être français", les inscriptions sont ouvertes > https://t.co/oyx5aCU1km cc @APHG_National #ResPublica
Mardi 31 Octobre - 09:28

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation