Débat final


Débat final animé par Jean-Pierre Chevènement, Président de la Fondation Res Publica, au colloque "Le projet de marché transatlantique" du 16 septembre 2013.


Jean-Michel Quatrepoint
Je voudrais revenir sur les multinationales, plus présentes qu’Hubert Védrine ne veut bien le dire. Elles sont même très actives et le lobbying marche à fond dans ces négociations.

Selon un article récent du Herald Tribune, repris du New York Times, sur l’activité des lobbyistes dans les négociations transatlantiques, la société Yum ! Brands, qui possède Pizza Hut, KFC, Taco Bell etc. (2200 restaurants en Europe), agit auprès des négociateurs américains à propos de vingt régulations différentes au niveau européen sur les normes concernant les produits (bœuf, fromage, poulet etc.) et les normes sanitaires des restaurants. Leur objectif, parfaitement explicite, est d’obtenir que l’on mette à bas toutes ces législations pour gagner de l’argent et créer des emplois aux États-Unis.

Cette opération, faite pour les multinationales, est pilotée par les multinationales.

Certes leurs positions peuvent être contradictoires : certaines souhaitent continuer à avoir accès au marché chinois, d’autres ne s’y intéressent pas.

En fait, Obama a fait un « deal » avec les multinationales. Nous aurions dû nous étonner de voir les Anglo-saxons (Américains et Anglais) réclamer, lors du G20, une régulation de l’optimisation fiscale, une demande qui, logiquement, aurait dû être formulée par les Français ! Cela s’explique : Les Anglais ont découvert, par exemple, que Starbucks ne payait pas d’impôts en Grande-Bretagne. Les Américains ont découvert qu’Apple, notamment, ne payait pas d’impôts aux États-Unis. Après une négociation entre l’administration américaine et l’AmCham (American Chamber of Commerce), représentant des multinationales, il fut entendu que celles-ci paieraient plus d’impôts aux États-Unis et apporteraient plus de valeur ajoutée, favorisant la création d’emplois aux États-Unis. En contrepartie, Obama libéraliserait les normes à travers les accords transatlantique et trans-Pacifique, ce qui est essentiel pour Apple, Microsoft, Amazon etc., fers de lances de l’industrie américaine d’aujourd’hui et de demain. C’est l’intérêt des multinationales. Ne nous leurrons pas.

Il est vrai que c’est compliqué, comme l’optimisation fiscale est compliquée. General Electric, qui employait 950 personnes qui travaillaient uniquement sur l’optimisation fiscale, avait le meilleur expert-comptable de tous les États-Unis. General Electric a pu externaliser à l’étranger des centaines de milliards de dollars d’impôts qu’il aurait dû payer aux États-Unis. Or le patron de General Electric est le principal conseiller économique de la Maison blanche depuis trois ans ! Ceci illustre la « cross-fertilization » entre les multinationales et les politiques américains.

Ne soyons pas naïfs. Il y a bien eu un « deal » entre Obama et les grandes multinationales.

Les multinationales françaises ont, elles aussi, des intérêts à défendre. Mais le problème, c’est qu’elles ne sont plus françaises alors que les multinationales américaines sont en train de redevenir un peu américaines.


Roger Barralis
Nous devons remercier Messieurs Quatrepoint, Bertrand et Gréau d’avoir démontré à quel point l’accord en train de se négocier est nocif.

Leurs interventions, notamment celle de M. Bertrand ont mis en évidence le déni de démocratie que représente ce type d’initiative européenne dont le peuple est clairement écarté. On a rappelé les grands débats qui agitèrent l’opinion entre 1992 et 1995. Gageons qu’à un moment que l’on espère le plus proche possible cette affaire du grand marché transatlantique suscitera quelques remous dans les populations française et européenne. Peut être les élections européennes de l’an prochain en fourniront-elles l’occasion. Mais un débat démocratique est absolument nécessaire car le constat a été établi à la tribune d’une opacité voulue à ce sujet par la classe politique et la classe médiatique. M.Quatrepoint a rappelé que le Parlement européen a commencé à voter sur cette affaire dès 2007. La droite européenne et les socialistes européens, rejoints par les Verts, ont voté comme un seul homme pour mettre en place un grand marché transatlantique dans l’ « objectif 2015 » alors affiché. M. Bertrand – et lui seul – a reconnu ce soir la responsabilité de son courant politique. Si l’opacité a été clairement voulue, M. Gréau vient de rappeler l’action menée depuis plus d’un an et demi par les multinationales et le secteur privé en général auprès de la Commission européenne. Sur les 135 réunions dont il a parlé, ce ne sont pas moins de 118 réunions dans lesquelles les multinationales étaient activement présentes.

Selon M. Védrine personne ne s’est élevé contre ce projet. Or il y a eu dès 2009 des dénonciations à ce sujet. M. Jean-Luc Mélenchon, notamment, tente avec obstination depuis 2009 de faire passer dans les médias le risque que représente ce grand marché transatlantique. Le livre qu’il a écrit à ce sujet n’a pas été repris. Et pendant la campagne électorale présidentielle, cette affaire du grand marché transatlantique figurait dans le programme du Front de gauche.


Marie Pecquerie
Bonsoir. Je suis journaliste à « la Voix de France ».

L’Europe a été malmenée par les grandes organisations internationales, surtout en ce qui concerne la dette. Pensez-vous que ce nouveau bloc transatlantique pourrait rentrer en concurrence avec ces grandes organisations internationales ? Ce bloc pourrait-il, à terme, être profitable pour l’Europe ?

Jean-Luc Gréau
Le problème de la dette est simple à comprendre. Partout les dettes publiques ont explosé sous l’effet de la récession mais aussi de la sauvegarde des banques dans certains pays. La dette allemande frôle les 80 % du PIB, la dette française a augmenté d’un gros tiers depuis le début de la crise, la dette irlandaise a été multipliée par 5, celle de l’Angleterre par 2 et la dette espagnole par près de trois. Je ne vois pas comment on pourrait revenir d’une situation aussi dégradée par des moyens classiques.

Seules la croissance et l’inflation pourraient permettre de maîtriser la situation. Ni l’une, ni l’autre ne sont plausibles. Que faire ?

Couper dans les dépenses ? Des politiques d’austérité drastiques ont déjà été menées dans les pays d’Europe du sud et même, dans une certaine mesure, au Royaume-Uni. L’Allemagne elle-même a été rigoureuse et la France s’engage à pas comptés dans ce domaine. Je ne crois pas qu’on puisse aller bien au-delà de ce qu’on a déjà fait. C’est très beau, depuis Bruxelles, d’appeler les États à mettre de l’ordre dans leurs comptes publics ! Mais ils ont des charges : le vieillissement démographique et le chômage massif doivent être financés.

Le jalon initial, pour nous permettre de respirer, serait la parité monétaire. C’est la première chose à faire car nous sommes asphyxiés par un euro surévalué. Je n’entends personne le demander, à l’exception de Jean-Pierre Chevènement.

Il faudrait ensuite accepter le surcroît d’inflation modeste (1 % à 2 %) qui en découlerait, ce qui permettrait d’endiguer la montée de la dette publique.

Xavier Bertrand
Ce traité sur le marché transatlantique peut-il impacter le rôle des grandes organisations internationales ? J’ai essayé de le démontrer tout à l’heure. Le problème qui doit se poser est celui du choix entre bilatéralisme et multilatéralisme. C’est une question stratégique, philosophique, politique… mais c’est un débat qu’il faut avoir.

Serait-il pour nous forcément porteur de croissance ? Je n’en suis pas persuadé, surtout si l’on considère notre niveau de préparation. Si M. Obama peut affirmer que ce sera bon pour les ouvriers américains, c’est parce que les dirigeants américains ont tout pensé. Ils ont essayé de voir comment les choses pouvaient s’organiser en leur faveur. Dans une négociation, on n’est pas obligé d’être naïf !

Au-delà de la question du niveau de l’euro se pose celle des objectifs, des missions de la Banque centrale européenne. Actuellement l’inflation nous est interdite. Tant que le traité donnera mission à la Banque centrale d’assurer la stabilité des prix et de garantir un taux d’inflation inférieur à 2 %, sans inscrire dans nos objectifs le plein emploi, nous serons forcément déséquilibrés par rapport aux banques centrales des États-Unis ou du Japon qui se fixent également pour objectif de lutter contre le chômage.


Jean-Michel Quatrepoint
Le Japon a changé de stratégie depuis l’élection de M. Abe. L’inflation est désormais autorisée.

Xavier Bertrand
Lors de sa visite à l’Assemblée nationale, j’ai interrogé M. Draghi sur la politique économique et monétaire du Japon. « Ça ne réussira pas ! » a-t-il affirmé ! Tous les bien-pensants assurent que la politique japonaise – complètement orthogonale par rapport à la pensée unique – est vouée à l’échec. En attendant l’effondrement annoncé, le taux de chômage baisse à un niveau historique, la croissance du PIB progresse, l’économie japonaise se porte beaucoup mieux.

L’arme monétaire n’est pas seulement une arme théorique pour les manuels universitaires.

La recherche d’une autre voie nous impose de revoir le traité, notamment les missions de la Banque centrale.


Jean-Pierre Chevènement
Ce taux de 2 % d’inflation maximale – qui n’est pas dans le traité mais résulte d’un choix du Conseil des gouverneurs – implique au terme des délibérations du Conseil des gouverneurs qu’on maintienne un taux de chômage à 9 % ! C’est le « Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment » (NAIRU), que nous critiquons depuis dix ans.

Je me souviens avoir inspiré à Ségolène Royal l’idée qu’il fallait réviser les statuts de la Banque centrale européenne et réintroduire la croissance. Elle m’avait suivi un temps. Mais, au Congrès du Parti socialiste européen de Porto (7 et 8 décembre 2006), le tollé fut tel que la malheureuse candidate à l’élection présidentielle fut obligée de retirer cette proposition éminemment hétérodoxe.


Dans la salle
On a beaucoup parlé des enjeux asiatiques. Mais, pour l’Europe, les enjeux africains ne sont-ils pas plus importants ?


Jean-Pierre Chevènement
Il est évident que la question de l’Afrique, qui comptera bientôt deux milliards d’habitants, qui a des richesses, des possibilités, n’a pas été convenablement traitée. L’accrochage des pays de la zone franc (CFA) à l’euro, par exemple, est un problème qui n’est jamais débattu en France. Est-ce vraiment raisonnable ?


Dans la salle
Merci, Messieurs, pour vos interventions. J’ai particulièrement apprécié celle de M. Quatrepoint.

Je m’étonne toutefois de vous entendre critiquer les institutions européennes sans jamais envisager la possibilité d’un débat sur la sortie de l’Union européenne. Pourquoi ce tabou ?

M. Bertrand proposait de réformer les traités. Mais il me semble que toute réforme requiert une unanimité dont on sait qu’à 28 elle est absolument impossible.


Jean-Pierre Chevènement
Il m’arrive de dire à propos de la monnaie unique, que, l’avion ayant décollé, il est difficile de sauter sans parachute. Le problème consiste à reprendre les commandes de l’appareil pour l’amener à atterrir.

L’Europe existe physiquement, elle est là. Le choix de sortir de l’euro ne peut pas être présenté comme une solution. Il faut l’argumenter autrement et prévoir les conditions dans lesquelles nous pouvons créer un minimum de rapport de forces. L’Europe n’est plus ce qu’elle était dans les années 50 ou 60, dans le contexte de la Guerre froide, quand la France dominait, quand l’Allemagne était divisée. Après la réunification de l’Allemagne et l’élargissement de l’Europe aux PECO (Pays d’Europe centrale et orientale), la configuration est tout à fait différente. L’Europe est germano-centrée. L’Allemagne occupe la première place. La France peut difficilement tenir son rang, compte tenu de l’état de notre commerce extérieur.

Quelle méthode préconiser pour sortir de cette ornière ? La Fondation Res Publica y travaille. Jean-Michel Quatrepoint, moi-même et d’autres allons sortir quelques livres qui répondront à votre interrogation plus longuement que je ne puis le faire ce soir.


Xavier Bertrand
Il ne m’a pas échappé que la question des traités n’est pas simple à régler. Mais peut-il au moins y avoir un débat en la matière ? Ou la pensée unique européenne nous dicte-t-elle non seulement de continuer sur les mêmes bases mais d’aller plus loin dans l’intégration ? Sans attendre les élections européennes, ce débat interviendra aussitôt après la réélection de Mme Merkel. Quelle que soit sa coalition, nous assisterons à une poussée en avant pour plus d’intégration. Certains n’hésiteront pas à parler de « marche vers le fédéralisme ». 90 % de la classe politique sera sur cette logique. Mais les opinions publiques refuseront cette fuite en avant tant que l’Europe ne se sera pas mise au clair sur un certain nombre de sujets qui, aujourd’hui, empêchent l’adhésion à l’Union européenne. Je veux parler de l’Europe sociale, de l’Europe fiscale, de la question de l’immigration. Si tous ces sujets ne font pas l’objet d’une mise au clair, tout projet européen apparaîtra comme une fuite en avant et le divorce avec les opinions publiques sera définitivement consommé, se traduisant par une inexorable montée des populismes.

Le débat est nécessaire pour que soit aussi défendue l’idée que si on aime l’Europe, si on considère qu’on a besoin de l’Europe, il faut la penser autrement et l’organiser autrement.

Je fais partie de ceux qui avaient voté non à Maastricht en 1992. Nous avions dénoncé à l’époque la méthode qui consistait à « mettre la charrue avant les bœufs ». Je déplore le choix qui a été fait. Mais ce fut le vote des Français.

Si 66 millions de Français pèsent peu dans le concert mondial des nations, une Europe bien pensée, bien construite, bien organisée, peut être efficace sur de nombreux sujets. C’est pourquoi je ne suis pas isolationniste et ne développe pas de complexe protectionniste. Nous avons besoin de l’Europe mais pas à la façon dont elle évolue aujourd’hui. Cela passe par une modification des traités. Il faut que la classe politique évolue. La pression de l’opinion éclairée – et pas seulement celle des populistes – peut être aussi une voie d’avenir.



Jean-Pierre Chevènement
J’aurais aimé que Xavier Bertrand évoque l’Europe des nations. La démocratie trouve son ressort, son moteur dans les nations. Il faut faire évoluer l’Europe actuelle vers l’ « Europe européenne à partir des nations » que le Général De Gaulle avait conçue.

Notre objectif est de faire une Europe qui existe dans cette vaste mondialisation, avec l’astre montant de la Chine, avec l’empire très lentement déclinant des États-Unis. Il faudra un jour que l’Europe s’organise.

À mon sens il faut rebattre les cartes.

Il faudra bien reparler un jour des relations entre l’Europe occidentale, l’Europe centrale et la Russie. La Russie est un grand pays d’Europe et, tant qu’elle manque à l’appel, l’Europe n’est pas vraiment l’Europe. Je suis conscient que la position que j’exprime est très mal vue mais si on veut pouvoir exister dans le monde de demain, il faudra trouver avec la Russie un échange, un équilibre et une façon de nous développer ensemble. Nous avons besoin de la Russie. Elle est notre profondeur stratégique. Elle est notre fournisseur énergétique principal. Aider la Russie dans son effort de diversification et de modernisation de son économie c’est aussi aider la démocratie et faire en sorte que l’Europe puisse peser de tout son poids.

Le problème européen est faussé par le fait que l’Allemagne qui (sans peut-être l’avoir vraiment voulu) se retrouve aujourd’hui dans une position décisionnaire, n’est capable que d’imposer son ordo-libéralisme et son euro fort. C’est une contradiction majeure. De cette contradiction découle aujourd’hui la crise de l’euro, la crise de l’Europe, la crise de la démocratie. On ne peut pas en sortir sans rebattre pas les cartes et sans repenser l’Europe.
Au mot d’ordre « sortir de l’Europe » je préfère donc « changer l’Europe ».


Jean-Luc Gréau
Je rappellerai le débat qui eut lieu à l’Assemblée nationale, fin 1966, entre l’opposition représentée par la Fédération de Gauche Démocrate et Socialiste, dont le leader était François Mitterrand, et Georges Pompidou. À François Mitterrand qui accusait le Général De Gaulle, son gouvernement et sa majorité de ne pas être assez européens, Georges Pompidou répondit : « Nous sommes aussi européens que vous l’êtes mais nous voulons d’une Europe qui soit européenne et non pas d’une Europe atlantique… ». Les termes du débat d’aujourd’hui étaient déjà posés.


Sami Naïr
Je voudrais revenir sur un point soulevé par Jean-Michel Quatrepoint et abordé par les autres intervenants, particulièrement par Jean-Luc Gréau.

Référence a été faite au sommet de l’APEC de novembre 2011. C’est un moment très important car derrière un problème apparemment économique se dessine une question géopolitique. Les États-Unis, conscients d’être en situation de lent déclin, mènent une politique mondiale qui vise à limiter les effets de ce déclin. Comme l’a souligné Jean-Michel Quatrepoint, le TPP s’est constitué comme un autre pôle, qui n’a pas simplement vocation à se développer en Asie mais qui vise une politique mondiale, c’est-à-dire une extension vers l’Europe mais surtout vers l’Amérique latine. À partir de 2010-2011, les réunions du TPP sont devenues chaque fois un peu plus agressives sous l’impulsion de la Chine à l’égard des États-Unis. Dans la situation de transition hégémonique dans laquelle se trouvent les États-Unis, il y a quelque part la prise de conscience que l’Europe peut devenir à terme, sinon un adversaire, du moins un partenaire avec lequel il sera difficile de traiter si elle rentre dans des relations constitutives, des relations de coopération, de collaboration avec les pays du TPP. Une offensive énorme commencée en 2010 a donc permis aux USA en novembre 2011 de détacher trois pays d’une négociation relativement autonome d’avec la Chine, et pas des moindres : le Japon, le Canada et le Mexique.

Qui s’intéresse à l’Amérique latine sait que la ligne qui différenciait les pays du centre et du nord de l’Amérique latine aux pays du sud est désormais progressivement remplacée par une réorientation verticale entre d’un côté les pays orientés vers le marché asiatique (Colombie, Pérou, Chili ...) et de l’autre les pays qui restent attachés au marché et au monde européens (Argentine, relativement Venezuela). Les États-Unis sont donc confrontés à un problème important : ils ne veulent pas que ce tropisme asiatique se développe contre leurs intérêts. Ils veulent contrôler le tropisme asiatique de l’Amérique du sud. Or, pour contrer cet attrait, et mesurant en outre le développement des relations européennes avec la Chine, en particulier le commerce extérieur allemand, ils ont décidé de réanimer le Traité sur le commerce transatlantique avec l’Europe : manière non seulement de renforcer leur flanc occidental mais aussi de contrôler les conditions, qui doivent être les leurs, de développement de la mondialisation libérale avec le continent asiatique.

Il y a cependant un grand problème : la croissance va rester, dans la prochaine décennie, principalement chinoise. Les USA auront beaucoup de difficultés à contrer l’attrait chinois pour le reste du monde et donc à gérer la transition hégémonique américaine en cours. Ma conviction, sans plus entrer ici dans les détails, est que la hâte avec laquelle les USA veulent faire adopter, avec l’aide de leurs alliés dans la Commission européenne, le traité transatlantique est conditionné par cette donnée géopolitique. On peut seulement regretter qu’au niveau européen, nous n’ayons pas une politique de coopération franco-allemande fondée sur un euro moins pénalisant pour les grands pays européens (France, Italie, Espagne etc.), car dans ce cas l’Europe redeviendrait également une zone de croissance et cela nous placerait, dans les négociations pour ce traité, dans une meilleure position tant vis-à-vis des Etats-Unis que des pays émergents. Mais c’est là une hypothèse malheureusement abstraite, car l’Europe marchande, ce sont principalement des multinationales dont les intérêts sont loin de correspondre à ce que devrait être une Europe européenne. Ce qui les intéresse, ce sont les positions qu’elles veulent occuper dans la globalisation libérale mondiale et non les intérêts du seul territoire européen. Dans les conditions actuelles, il est clair que si l’Europe entre dans ce marché transatlantique tel qu’il est proposé par les Etats-Unis, on peut considérer que d’ici cinq ans les Européens seront phagocytés, comme Xavier Bertrand en a exprimé la crainte.


Jean-Michel Quatrepoint
Les Chinois ont compris que, derrière le TPP, il y a une idéologie, celle de la démocratie occidentale dont ils ne veulent pas. En effet, derrière le traité de libre-échange (respect des brevets etc.), c’est le « kit » complet qui est vendu. C’est un aspect tout à fait explicite de l’offensive contre les Chinois, menée aussi au niveau médiatique. Les Chinois réagissent en se crispant d’autant plus qu’ils font face à des problèmes graves.

Le deuxième acteur est l’Allemagne qui se trouve confrontée à ses contradictions. Mercantiliste, elle dépend de ses excédents commerciaux, donc de ses bonnes relations avec ses clients. Or les grands clients de l’Allemagne ne se trouvent plus en Europe. Après avoir pris des parts de marché et éliminé leurs concurrents, les Allemands se redéploient depuis quatre ou cinq ans sur les États-Unis, la Chine et la Russie. L’Allemagne a besoin de ces trois marchés. Si le TPP et le traité transatlantique deviennent trop ostensiblement des machines de guerre contre la Chine ou la Russie, l’Allemagne se trouvera dans une position délicate et ne voudra pas choisir entre ses trois « clients ».

La France, quant à elle, ne joue pas. Elle pourrait avoir une diplomatie autonome, active, même si la négociation transatlantique est engagée. Elle pourrait trouver des alliés ou traiter directement avec les Américains. Le droit de veto est la seule carte dont nous disposons dans cette négociation. Nous pouvons empêcher qu’aboutisse la négociation transatlantique. Les fonctionnaires français qui participent à ces négociations sont acquis à l’idée du traité. Il serait donc préférable de négocier directement. Les Américains ont intérêt à ce que nous n’opposions pas notre veto à ce projet, les Chinois, au contraire, savent que notre veto les avantagerait.

N’y a-t-il pas pour la France un jeu complexe et subtil à mener ? L’équipe au pouvoir est-elle capable de le jouer ?


Jean-Luc Gréau
Il ne faut pas être illusionné par le leurre de pays émergents qui resteront en forte croissance très durablement.

Nous avions un risque américain qui s’est concrétisé par une crise américaine.

Nous avions un risque européen qui s’est concrétisé par une crise européenne.

Nous assistons en ce moment à un ralentissement prononcé des grands pays émergents que sont la Russie (qui est probablement déjà en récession), le Brésil, l’Inde (qui connaît une crise monétaire et une fuite de ses capitaux), et enfin la Chine qui semble menacée par une bulle du crédit. Les Chinois vont-ils la maîtriser ou la laisser éclater ?

En toute hypothèse, il est essentiel de comprendre que la Chine est en mesure de produire elle-même ce qu’elle importait auparavant, soit avec ses entreprises, soit avec des entreprises étrangères installées sur son territoire. Je donne une illustration simple : le secteur moteur de la croissance chinoise est actuellement celui des infrastructures et du logement. Tous ceux qui produisent des machines de travaux publics sont donc favorisés. Les deux premiers mondiaux sont l’américain Caterpillar et le japonais Komatsu. Caterpillar a 18 usines en Chine. Komatsu en a 7. Ils fabriquent sur place les produits destinés aux besoins locaux. Il en sera de même un jour pour les avions de ligne (et peut-être les avions d’affaires).

Donc ne nous illusionnons pas, nous ne trouverons pas en Chine un marché croissant sauf pour certaines productions très déterminées et sauf pour les entreprises elles-mêmes à condition qu’elles soient installées sur place.


Jean-Pierre Chevènement
Sami Naïr a mis le doigt sur l’énorme moteur qu’est la Chine. Malgré ce que vient de dire Jean-Luc Gréau, la Chine restera un moteur. Elle aura besoin de matières premières, de minerais, elle va importer…


Jean-Luc Gréau
Nous ne produisons ni charbon, ni pétrole ni bauxite…


Jean-Pierre Chevènement
C’est vrai mais les pays andins dont parlait Sami Naïr en produisent.
Et, en Europe, la Chine a remplacé la France comme premier fournisseur de l’Allemagne.

Les États-Unis ont une stratégie mondiale. Jean-Michel Quatrepoint en a dessiné les grandes lignes et, si ses propos ont été un peu nuancés, personne ne l’a contredit.

L’Allemagne  a une politique « en retrait ».

Dans l’affaire syrienne, elle n’a pas pris de risques. Bien sûr elle « déplore » ce qui se passe en Syrie mais qui ne le déplorerait ! Elle privilégie plutôt une logique de négociation, de compromis, qu’une guerre de religions.

On sait par expérience que les guerres de religions connaissent des trêves. Est-il possible d’aller vers une telle trêve ? Pour ma part, je ne vois pas quel intérêt pourraient avoir les frappes militaires, à moins de les diriger sur les forces syriennes et d’écraser l’armée syrienne. Mais cela reviendrait à modifier le rapport des forces sur le terrain. Est-ce vraiment ce que nous voulons faire ? Les expériences de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Lybie devraient nous amener à réfléchir : Les milices y sont les maîtresses du terrain, notamment les milices islamistes. Le problème syrien a-t-il été bien pensé ? Ses arrière-plans ont-ils été évoqués ? Je ne le crois pas.

L’Allemagne a une démarche très prudente. Elle a applaudi à l’initiative russe qui est venue à point nommé quand Obama a manifesté qu’il voulait prendre son temps. En décidant de consulter le Congrès, puis en repoussant la date de consultation, il a ménagé une « fenêtre » que les Russes ont très intelligemment utilisée. L’arsenal chimique de la Syrie est un danger pour eux aussi.

Que veut-on faire au Proche et au Moyen-Orient ? Quelle est l’idée de manœuvre ? Et quid du jour d’après ? L’Allemagne a posé toutes ces questions, adoptant dès lors une attitude très prudente. Ce fut déjà le cas vis-à-vis de la Lybie, plus encore dans l’affaire malienne, pourtant engagée dans le strict respect des résolutions de l’ONU.

L’Allemagne a privilégié l’hypothèse d’un développement relativement pacifique en Europe parce qu’elle ne craint plus la Russie. Par conséquent elle prépare les lendemains en construisant une économie solide, puissante. Vue de l’extérieur, l’Europe se réduit aujourd’hui à l’Allemagne ! Nous y résignerons-nous, sans essayer de bâtir un moteur européen, une autre Europe ? L’Europe est vaste, l’Allemagne est petite, même si les frontières n’ont plus le même sens qu’autrefois.

Je crois possible, compte-tenu des inévitables contradictions, de pousser une idée plus accordée aux nécessités du siècle qui s’ouvre. L’Europe à 28, avec les institutions actuelles, est une Europe du passé. Nous avons besoin d’une Europe qui renoue avec la démocratie, qui renoue avec les nations, mais qui développe une volonté politique : un projet d’Europe européenne, dans le monde tel qu’il est, en alliance avec les États-Unis dans un rapport qui ne soit pas de totale subordination.

Le problème de fond posé aujourd’hui est celui de l’occidentalisme.

La vision de Nicolas Sarkozy, déclarant que la France fait partie de « la famille des nations occidentales », n’est pas acceptable pour un républicain. La France fait partie de la grande famille des nations humaines. Je me sens plus proche des Algériens que des Lettons … que je ne connais pas ! (tandis que nous avons avec les Algériens, les Tunisiens, les Marocains, les égyptiens, des relations anciennes).

Cette vision « occidentaliste » nous met forcément dans la roue d’une l’Amérique qui tente de bâtir une coalition pour résister à un déclin programmé.

Parions sur la pluralité des émergents.

Je ne partage pas tout à fait le point de vue de Jean-Luc Gréau. Je crois que leur crise est passagère. Ils connaîtront évidemment des cycles mais, à long terme, le trend général fera que les « émergents » continueront d’émerger.
La redistribution des cartes est une grande affaire. Nous-mêmes devons concevoir que le Brésil n’est pas la Chine, que l’Inde n’est pas la Russie. Tous ces pays sont divers. Nous devons accepter que l’Occident soit pluriel car les émergents aussi sont pluriels.

Enfin, nous devons retrouver des marges de manœuvre et de développement.


Sami Naïr
Jean-Pierre Chevènement vient de poser un problème de fond. Aux niveaux identitaire, idéologique, économique, on observe en Europe une tendance occidentaliste très forte. Mais ce n’est pas nécessairement une tendance européiste. Elle peut être interprétée comme une tendance post-européiste, transatlantique. Car le projet transatlantique ne vise pas à renforcer la construction européenne mais à l’intégrer dans l’aire d’influence atlantique américaine. Cette ligne post-européenne et occidentaliste, dominante en Europe, ne recouvre pas la division droite/gauche. On le voit très bien en Allemagne.

Sur quelles forces politiques, sociales, allons-nous donc nous appuyer pour construire une Europe européenne ? C’est la grande question stratégique qui se pose aux forces désireuses de maintenir la spécificité européenne face au rouleau compresseur américain, dont le traité transatlantique est le moteur, comme l’a pointé Jean-Luc Gréau.


Dans la salle
Je signale sur ce sujet un hors-série publié par L’Humanité, intitulé « Dracula contre les peuples » [1], qui analyse le traité transatlantique. Cela peut être intéressant.

Jean-Pierre Chevènement
Merci. Mais il n’y a pas encore de traité. Il y a une négociation, c’est déjà beaucoup.

Dans la salle

Je ne suis pas vraiment surpris de voir l’Europe traiter avec les États-Unis pour créer un marché transatlantique.

L’article 32 [2] du traité constitutionnel européen mentionne la nécessité de favoriser les échanges commerciaux entre pays membres et avec des pays tiers. N’est-ce pas le prolongement naturel de l’objectif de l’Union européenne telle qu’elle est définie par les traités actuels, vers toujours plus de libéralisme ?

Vous parliez de changer l’Europe. Des affiches du Parti socialiste de 1979 appelaient déjà à « Changer l’Europe ». L’Europe est vraiment « changeable » puisque tout ce dont nous débattons est déjà inscrit dans le marbre des traités ?

Jean-Luc Gréau
Nous observons depuis trente ans une tendance lourde à élargir le périmètre des marchés, à rendre une plus grande liberté aux agents économiques (les petits, les moyens et, encore plus, les grands), à donner un pouvoir de supervision générale au secteur financier représenté par les banques. Cette tendance lourde est certes en filigrane dans les traités européens. Mais le politique a toujours le pouvoir de reconfigurer les choses.

La chose la plus surprenante, de mon modeste avis, c’est de voir l’Europe s’engager dans une sorte de fuite en avant au moment où elle s’est enlisée, où elle affronte des problèmes apparemment non solubles par les procédés classiques !

Jean-Michel Quatrepoint
Errare humanum est, perseverare diabolicum [3].

Jean-Pierre Chevènement
Restons sur cette citation.
Merci d’avoir participé à ce débat.

[1] Dans « Dracula contre les peuples », Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, député au Parlement européen, révèle le texte sur lequel la Commission européenne négocie discrètement, depuis le 6 juillet dernier, avec le gouvernement des USA, la création d'un « marché unique transatlantique ».
[2] Article 32 : Dans l'exercice des missions qui lui sont confiées au titre du présent chapitre, la Commission s'inspire:
a) de la nécessité de promouvoir les échanges commerciaux entre les États membres et les pays tiers,
b) de l'évolution des conditions de concurrence à l'intérieur de l'Union, dans la mesure où cette évolution aura pour effet d'accroître la force compétitive des entreprises,
c) des nécessités d'approvisionnement de l'Union en matières premières et demi-produits, tout en veillant à ne pas fausser entre les États membres les conditions de concurrence sur les produits finis,
d) de la nécessité d'éviter des troubles sérieux dans la vie économique des États membres et d'assurer un développement rationnel de la production et une expansion de la consommation dans l'Union.
Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. Version consolidée en vigueur depuis le 1er décembre 2009 (traité de Lisbonne), modifiée par la décision 2011/199/UE du Conseil européen du 25 mars 2011 (mécanisme de stabilité)
[3] Locution latine qui signifie “L’erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique”

-----------------
Le cahier imprimé du colloque "Le projet de marché transatlantique" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation"

Fondation Res Publica I Dimanche 3 Novembre 2013 I | Lu 4679 fois





Derniers tweets
RT @InstitutDiderot: 🔵#EnLibreAccès🔴 #République🇫🇷#Laïcité 👉Le défi de l'#Islam de #France 👉Le #PointDeVue de Jean-Pierre @chevenement ➡️ h…
Mercredi 2 Août - 13:56
Et cet article de @libe > "#Venezuela, vote funèbre pour la #démocratie" https://t.co/cFwhDWVaZV 2/2
Mardi 1 Août - 15:58
Pour comprendre la crise au #Venezuela > "Les sept protagonistes-clé de la crise au Venezuela" https://t.co/ismsRVchRn via @Figaro_Inter 1/2
Mardi 1 Août - 15:56

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation