Accueil par Jean-Pierre Chevènement


Accueil de Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation Res Publica, au colloque du 18 janvier 2010, La France et l'Europe dans les tenailles du G2 ?.


Accueil par Jean-Pierre Chevènement
S’interroger sur la France et l’Europe « dans les tenailles du G2 » c’est d’abord poser la question du G2. Ya-t-il un G2 ? Y a-t-il une alliance objective entre les États-Unis et la Chine pour gérer la période de transition historique dans laquelle nous sommes entrés depuis l’effondrement du bloc soviétique et depuis que la montée des pays dits « émergents » accélère l’apparition d’un monde multipolaire ? Ce G2 a-t-il une réalité dans la situation actuelle ?

Si nous avons posé la question, c’est que nous inclinons à penser qu’il y a, en effet, malgré les frictions, des zones de consensus assez larges entre l’administration américaine et le pouvoir politique chinois. Il faut les recenser et voir jusqu’où cela peut aller.

Cette question nous intéresse évidemment en tant qu’Européens. La zone euro est confrontée à la concurrence des pays à bas coût, notamment à celle de la Chine. Si le déséquilibre commercial avec la Chine est très important pour les États-Unis, il l’est plus encore pour l’Union européenne, ce qu’on oublie souvent de dire. D’autre part, nous subissons la dévaluation du dollar auquel le yuan s’est rattaché par un lien fixe depuis 2008. Nous sommes donc confrontés à la concurrence des pays de la zone dollar, y compris la Chine. Mais ce n’est pas le principal élément de compétitivité de la Chine.

Je tiens à remercier sincèrement les personnalités qui ont répondu à notre invitation pour répondre à toutes ces questions. Le professeur André Kaspi, spécialiste bien connu des États-Unis, nous parlera du regard américain sur la Chine : la manière dont il s’est formé, dont il a évolué et ce qu’il est en ce moment. Ensuite, Monsieur Jean-Luc Domenach (qui nous a fait l’honneur de sa présence à plusieurs reprises), directeur de recherches à Sciences-Po, très bon connaisseur de la société chinoise, nous parlera du regard de la Chine sur l’Amérique et peut-être sur l’Europe. Puis, c’est au professeur Jacques Mistral que je donnerai la parole. Professeur des universités, directeur des études économiques à l’IFRI, il traitera des relations économiques sino-américaines. Enfin, Monsieur Antoine Brunet, président d’AB Marchés, ancien chef stratégiste à HSBC France, nous parlera des relations monétaires entre les États-Unis et la Chine.

Puis je m’efforcerai de lancer le débat avec la salle, où de très nombreux intervenants qualifiés contribueront à affiner notre réponse aux questions :

Sommes-nous pris en étau ?
Si c’est le cas, comment pouvons-nous desserrer l’étau ?
Quelles sont les perspectives à long terme ?

En effet, il faudra bien vivre avec la Chine, devenue la locomotive du développement mondial à beaucoup d’égards. L’attraction qu’elle exerce est le fait du coût de sa main d’œuvre et, surtout, de son immense marché potentiel. Elle est, par exemple, devenue le premier marché automobile mondial (avec plus de 13 millions de véhicules), avant les États-Unis. Avec plus de 1200 milliards de dollars d’exportations, elle a dépassé l’Allemagne, accédant au rang de premier exportateur mondial.

La Chine est déjà une puissance, elle va se développer. Son PNB pourrait rejoindre celui des États-Unis vers 2025 (selon les prévisions des économistes, qui laissent place à beaucoup d’incertitudes). Toutefois 700 à 800 millions de Chinois restent pauvres et les dirigeants chinois se donnent pour objectif de parvenir à une « moyenne aisance » pour toute la population. Ce développement a donc une légitimité certaine mais, compte tenu de la population de la Chine, (1300 millions d’habitants, un homme sur cinq à la surface de la terre), il fera surgir une très grande puissance, sans équivalent dans le monde, qui exercera une forte attraction sur tous les pays environnants. D’ores-et-déjà, la Chine est le principal partenaire commercial de tous les pays asiatiques. C’est le cas, notamment, du Japon qui aujourd’hui commerce plus avec la Chine qu’avec les États-Unis et dont les échanges avec la Chine sont supérieurs à ceux qu’il a avec les États-Unis. Cela est vrai de n’importe quel autre pays d’Asie, y compris l’Inde, même si cet autre géant milliardaire en hommes se trouve très loin de la Chine en chiffres absolus (son PNB représente aujourd’hui à peine un tiers du PNB chinois).

Ce développement est donc devant nous. Il est devenu banal de dire que la relation entre la Chine et les États-Unis va structurer au moins la première partie du XXIe siècle (il est difficile de faire des prévisions à plus long terme). C’est une relation structurante, c’est une nouvelle bipolarité qui est à l’horizon et à laquelle je crois que nos dirigeants ne se sont pas encore véritablement familiarisés.

Je donne tout de suite la parole à Monsieur le professeur Kaspi.


--------
Le cahier imprimé du colloque "La France et l'Europe dans les tenailles du G2 ?" est disponible à la vente dans la boutique en ligne de la Fondation.

Fondation Res Publica I Lundi 18 Janvier 2010 I | Lu 2554 fois





Derniers tweets
RT @Ch_Bonneau: Belle première soirée à Saint-Pétersbourg #voyagedepresse @Salondulivre #RussieLivreParis #LivreParis2018 #PerevodaInstitut…
Jeudi 16 Novembre - 10:20
Les inscriptions sont ouvertes > "Le moment républicain en France?", colloque du 11 décembre https://t.co/E6lPA7xq18 #ResPublica
Lundi 13 Novembre - 12:36
Colloque #ResPublica du 27/11 > "L'#Ecole au défi de l'intégration républicaine" https://t.co/l317xmOCK9 cc @chevenement @NPolony
Jeudi 9 Novembre - 17:32

SUIVEZ LA FONDATION SUR TWITTER

SOUTENIR LA FONDATION
Entreprises ou particuliers, soutenez la Fondation Res Publica

LIBRAIRIE EN LIGNE
Achetez en ligne les cahiers imprimés de la Fondation Res Publica
Fondation Res Publica

52 rue de Bourgogne
75007 Paris France
Tél : +33 (0) 1 45 50 39 50
Fax : +33 (0) 1 45 55 68 73
Contacter la Fondation